Le service civique a pris de l’ampleur à Wallis et Futuna

De plus en plus de jeunes wallisiens et futuniens engagés dans le service civique
© WF1

Le service civique existe depuis 2009 sur le territoire.Il a pris de l’ampleur ces dernières années. Ce dispositif permet aux jeunes de s’engager volontairement et d’effectuer des missions d’Intérêt Général, une façon d’avoir un premier aperçu de la vie professionnelle.

WF la 1ère Publié le , mis à jour le

Le service territorial de la jeunesse et des sports (STJS), en charge du dispositif  enregistre 90 engagés du service civique par an. En 2015, ils étaient 8 jeunes seulement à s’engager dans le service civique, en 2016, le nombre a triplé, et ces deux dernières années, le nombre n'a cessé d’augmenter.

Cette année, le STJS  enregistre 90 jeunes wallisiens et futuniens engagés service civique dans les associations sportives, culturelles, environnementales mais également dans les services de l’Etat et du territoire qui proposent des missions d’intérêt général. Parmi ces jeunes, Kassylda Toluafe, cette jeune bachelière effectue son service civique à l’association territoriale de l’éducation sportive et socio-éducative du fenua.

 J’ai commencé mon service civique le premier avril, çà représente beaucoup pour moi, c’est un premier pas dans le monde professionnel. Si tout se passe bien, j’espère qu’avec cette nouvelle expérience acquise durant mon service civique, j’aurais un emploi car je ne compte pas poursuivre mes études.


Le dispositif est ouvert à tous et plus particulièrement aux jeunes âgés de 16 à 26 ans. Aucune condition de diplôme ou d’expérience n’est nécessaire. Seule la motivation compte. En accomplissant une mission de service civique, le jeune a la possibilité de recevoir et de transmettre le sens des valeurs et de contribuer au renforcement du lien social. C’est également une opportunité de développer ou d’acquérir de nouvelles compétences. Le dispositif est pris en charge par l’Etat, selon Christophe Combette, Chef du service territorial de la jeunesse et des sports.

L’Etat prend en charge à 100% ce dispositif. Depuis 2017, l’enveloppe a augmenté, ça représente 88 millions de francs / an pour les 90 engagés. Le contractuel perçoit 72 000 francs par mois. Une fois que le contrat est signé, la paye du jeune sera versée directement dans son compte sans passer par son employeur. La part du territoire aux jeunes est la formation des premiers secours et une formation civique et citoyenne.


Le contrat service civique dure un an et la mission du jeune ne remplace pas celle d’un salarié.
 

L'actu en vidéo

OBESITE : ENTRETIEN AVEC PATRICK LAMBRUSCHINI - AGENCE DE SANTE

OBESITE : ENTRETIEN AVEC PATRICK LAMBRUSCHINI - AGENCE DE SANTE