Justice : le point sur les affaires correctionnelles traitées au tribunal de Mata Utu

TRIBUNAL

Audience correctionnelle ce jeudi matin 16 mai 2019 au tribunal de première instance de Mata-Utu. Une audience qui s’est déroulée en visio-conférence avec des magistrats et avocats de Nouméa. 3 affaires prévues parmi lesquelles, un homicide involontaire.

Ana Vakalepu Publié le , mis à jour le

Parmi les affaires correctionnelles jugées au tribunal de première instance de Mata utu ce jeudi 16 mai, celle concernant Esitolo Kulimoetoke, célibataire sans enfants, mis en examen pour homicide involontaire.
Le prévenu est actuellement détenu à Nouméa pour purger une peine de 4 mois ferme au Camp Est en attendant le procès de ce jeudi.
Dans cette affaire jugée en premier, Esitolo Kulimoetoke est responsable de la mort d’un père de famille le 16 septembre 2018 avec au moins 2 circonstances aggravantes : conduite d’un véhicule avec un taux d’alcoolémie de 0,50g et délit de fuite même s’il s’était présenté spontanément à la gendarmerie de Mata-Utu 3 heures après l’accident.
Des faits reconnus par le prévenu devant la cour. Après une demie-heure de délibéré, le tribunal de Mata-Utu a rendu sa décision. Esitolo Kulimoetoke écope de 4 ans d’emprisonnement dont 2 avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins. Autrement dit, pendant ces 2 années de sursis il sera sous le contrôle d’un juge d’application des peines à Nouméa suivi par un expert en psychiatrie pour ses problèmes avec l’alcool, il a également un état de santé déficient, ce qui l’oblige depuis des années à suivre un traitement.

A préciser également, les difficultés rencontrées lors d’une audience par visio-conférence comme celle de ce Jeudi avec les magistrats et avocats de Nouméa. Des problèmes de son qui ont fait que les débats ont été presque inaudibles.

Une autre affaire, celle de Malina Hamaivao, une jeune femme décédée noyée au wharf de Halalo en mai 2016. Elle figurait sur la feuille d’audience ce Jeudi. Le prévenu à qui le tribunal reproche l’infraction de « non assistance à personne en danger » était absent. Le citoyen défenseur aussi. Le président de l’audience a par ailleurs annoncé le report du procès à une date ultérieure.

Rappelons qu’elle fait partie des affaires instruites par Antonia Tamole à l’époque où elle n’était pas encore reconnue officiellement procureure de la République. L’affaire est pourvue en cassation, pour l’heure, l’enquête suit son cours.

Les audiences correctionnelles se poursuivent le lendemain, Vendredi 17 mai au tribunal de Mata Utu. A l'ordre du jour, 12 affaires dont des violences et de cas de conduite en état d'ivresse.