Fin de la grève dans le secteur public de Wallis et Futuna

greve

Un protocole de fin de conflit a été signé entre le préfet Marcel Renouf et FO-section publique, seul syndicat à avoir appelé à la grève.  Ce mouvement social autour des bas salaires aura duré une semaine.

Patrick Ferrante
Publié le , mis à jour le

C’est dimanche après-midi, ce 19 juin, que le syndicat FO-section publique a signé un protocole de fin de conflit avec le préfet Marcel Renouf, mettant fin ainsi à une semaine de grève.
Le secrétaire général de cette organisation, Lavekava Dornic, affirme avoir pris le temps de consulter sa base après une ultime séance de discussions dans la soirée du vendredi entre son syndicat, le préfet Marcel Renouf et le président de l’Assemblée territoriale, Mikaele Kulimoetoke.


Alignement sur la métropole


Le protocole reprend en partie les décisions de la réunion interministérielle, la RIM, du 14 juin à Paris, annoncées le lendemain aux syndicats par le préfet.
Les plus bas salaires des agents de l’Etat de Wallis et Futuna  seront bien alignés sur le revenu minimum des grilles de la fonction publique de métropole comme le prévoyait le protocole de fin de conflit du 20 juillet 2014.
 
Cette mesure sera mise en œuvre le 1er juillet prochain conformément  à la promesse du président de la République François Hollande lors de son passage sur le territoire le 22 février dernier. Elle sera rétroactive au 1er novembre 2014.
Selon le préfet, les agents concernés seront augmentés en moyenne de 300 à 400 Euros par mois (36 000 à 48 000 Francs Pacifique).

Seconde décision de la RIM :  la prise en charge par l’Etat d’une centaine d’agents payés sur le budget de l'Assemblée  territoriale mais exerçant leur activité pour l’Etat. Ce « décroisement », selon les termes administratifs, devrait intervenir à partir de janvier 2017, une fois voté le budget de l’Etat par le parlement.


Augmentation pour tous


Le passage d’une centaine d’agents du territoire dans le giron de l’Etat devrait  entrainer  de substantielles économies pour  le budget de l’Assemblée territoriale.  
Une partie de ces économies devraient être utilisées pour mettre en œuvre la mesure bas salaires en faveur des agents qui restent affectés au territoire.
Jusque là opposé à cette mesure pour cause de coût jugé  insupportable pour les finances locales, le président de l’Assemblée territoriale  attend l’officialisation des promesses ministérielles.

Toutefois  il  a donné son accord de principe pour un paiement  de cette augmentation salariale pour les agents territoriaux  à compter de janvier 2017 à condition que l’Etat ait bien budgété le décroisement. Cette promesse est contenue dans  une annexe au protocole de fin de conflit, annexe signée à la fois par le préfet et le président de l’Assemblée territoriale.
Tous les personnels administratifs (645 salariés) de l'Etat et du territoire seraient alors alignés sur la même grille indiciaire.

Lavekava Dornic a pris acte de ces promesses en mettant fin à la grève mais il a affirmé que FO n'hésiterait pas à reprendre le mouvement si les documents officiels n'étaient pas conformes aux annonces.