Coopération Régionale : Signature d'une déclaration d'intention entre Vanuatu et Wallis et Futuna

Coopération Régionale : Signature d'une déclaration d'intention entre Vanuatu et Wallis et Futuna

La République du Vanuatu et Wallis et Futuna ont l'intention de coopérer. C'est l'objet du document officiel signé Vendredi 22 mars 2019 à Wallis. Aucun engagement juridique mais une volonté marquée de travailler ensemble entre élus.

WF la 1ère Publié le , mis à jour le

La mission du parlement vanuatais sur le territoire se termine après 5 jours de rencontres. Ce Vendredi 22 mars, une déclaration d'intention a été signée entre le parlement vanuatais et l'assemblée territoriale de Wallis et Futuna.

Ce document officiel a été signé à l'assemblée territoriale par le Préfet du territoire Thierry Queffelec, le président de l'assemblée territoriale David Vergé et Esmon Simon le président du parlement vanuatais. 

Bien qu'il n'acte pas d'engagement juridique, il marque une entente inédite entre institutions. Cet accord politique sous-entend une coopération entre les élus locaux et ceux du Vanuatu pour échanger des informations. David Vergé précise :

« On reste bien dans le cadre parlementaire donc ces échanges d’informations de coopération sur des travaux de fond mais aussi sur des problématiques régionaux, mais aussi véritablement monter une première marche dans cette coopération entre le Vanuatu et Wallis et Futuna. »

Il s'agit principalement d'une collaboration en relation avec des demandes de documents administratifs dans un premier temps. Cet accord pourrait d'abord profiter à la communauté ni-van vivant sur le Territoire ou aux personnes nées au Vanuatu. A l'avenir, des échanges commerciaux pourraient se nouer entre nos îles et le Vanuatu. La mission parlementaire a durant son séjour évoqué une possible alliance avec la compagnie Air Vanuatu pour la desserte aérienne.
 

Coopération entre francophones du Pacifique


Le parlement du Vanuatu a invité Wallis et Futuna à intégrer l'Organisation internationale de la Francophonie ainsi que l'Assemblée Parlementaire des Francophones du Pacifique. Le français devient un enjeu géopolitique, pour Fred-William TASSO, député de l'opposition au parlement vanuatais :

"Wallis doit s’ouvrir, dans le Pacifique nous sommes entourés par nos cousins anglophones et on est seulement 4 pays dans le Pacifique à parler le français donc il faut s’unir"


Une délégation de l'assemblée territoriale se rendra au Vanuatu avant la fin de cette année 2019, répondant ainsi à l'invitation du parlement vanuatais.