Un policier réunionnais agressé à Paris raconte son calvaire

raphael, policier agressé
© France Ô | Raphaël, le policier agressé souffre aujourd'hui de multiples blessures

Gravement blessé après avoir été agressé gare de Lyon à Paris,  un policier réunionnais a confié sa détresse et ses difficultés à concrétiser un retour sur son île natale.

Maïté Koda
Publié le , mis à jour le

 Depuis son agression, survenue en février, une instruction est en cours. C'est pourquoi "Raphaël"  souhaite garder l'anonymat. Il y près d'un mois, ce trentenaire se rend à son travail. Policier en civil, il se trouve dans un escalator de la Gare de Lyon quand il est bousculé. Raphaël fait alors état de sa fonction à  son interlocuteur qui se jette soudainement sur lui et le roue de coups. Bilan: triple fracture de la mâchoire et une dizaine de dents cassées.
 
Regardez le témoignage de Raphaël dans un reportage de France Ô (T. Monconthour / P. Hernando)




Demande de mutation en attente

Depuis Raphaël s'alimente avec une paille. Le policier souffre également de pertes de connaissances et ne peut pas rester seul. A ces séquelles physiques s'ajoutent un traumatisme et des angoisses tenaces.
Originaire de la Réunion, Raphaël n'a jamais caché son souhait de revenir travailler sur son île. Comme de nombreux policiers ultramarins, il a été contraint de venir débuter sa carrière dans l'Hexagone, avec une promesse de retour au pays natal qui tarde à se concrétiser.
La maman de Raphaël, a pris l'avion pour s'occuper de son fils. Elle aussi fait part de sa volonté de voir son fils rentrer enfin au "péi".

Ecoutez son témoignage  recueilli par Tiziana Marone pour Radio Outremer 1ere

maman policier agressé

Témoignage de la mère du policier agressé (Tiziana Marone / Radio Outremer 1ere)

 
Raphaël est soutenu dans son combat par l'association GPX Outre-mer.  En octobre 2015, l'Assemblée nationale a voté des mesures pour aider les fonctionnaires des Outre-mer à rentrer plus facilement dans leurs territoires.
L'agresseur présumé du policier, un homme de 19 ans, a été arrêté le lendemain des faits, puis relâché dans l'attente de son jugement.