Trois attaques en un mois : le comportement d’un barracuda inquiète en Guadeloupe

Barracuda
© Leemage

Des prestataires touristiques ont informé les agents du Pôle Milieux Marins du Parc national de la Guadeloupe qu’un barracuda montrait des signes d’agressivité à l’îlet Fajou en Guadeloupe. Trois attaques ont été répertoriées ces derniers mois.

Pierre Lacombe
Publié le , mis à jour le

Le comportement agressif d'un barracuda inquiète le Parc national de la Guadeloupe. Deux attaques, dont une avec des blessures importantes, ont été répertoriées dans les deux dernières semaines, et une attaque dans les derniers mois à l'îlet Fajou. 

Ces attaques se situent souvent dans des zones où de la nourriture est jetée à la mer par des plaisanciers : des restes de pique-nique, des abats de pêche ou encore des appâts… Un comportement qui met en danger les nageurs et les plongeurs. Ces poissons considèrent en effet les hommes comme des fournisseurs de nourriture et les agressent lorsqu’ils n’en obtiennent pas. 

Il y a toujours des conséquences à nourrir un animal sauvage. Que ce soient des poissons, oiseaux ou des animaux terrestres, les nourrir constitue une perturbation du milieu naturel passible d’amende dans le parc, car les animaux en notre absence se débrouillent très bien seuls. Si nous intervenons, nous modifions les processus naturels.















"Le barracuda est un prédateur territorial", indique le communiqué du Parc national de Guadeloupe qui précise que ce poisson est "peu farouche". "Il n’est pas effrayé par la présence des hommes, bien au contraire. En particulier, un humain qui porte des bijoux, un piercing ou du strass sur son maillot de bain. Le baigneur ressemble alors à "un poisson frétillant brillant au soleil… autrement dit à une proie..."

Les attaques se sont multipliées ces dernières années

Il y a quelques années, des attaques de barracuda avaient été recensées au Gosier, sur la plage de la Datcha. Un jeune garçon de 9 ans avait eu le pied lacéré par ce qui semblait être un barracuda.

Un an plus tard en fin d’année, la Guadeloupe avait recensé 3 attaques en un mois dans cette même zone. Une femme mordue à la cuisse sur la plage du Callinago, un homme de 49 ans mordu sur le flanc à la Datcha, à chaque fois le coupable identifié était un barracuda. 

Voici le communiqué du Parc national de la Guadeloupe: 

 

L'actu en vidéo

Air New Zealand autorise les tatouages pour son personnel