Thierry Henry, 41 ans, un temps pressenti pour prendre les commandes de Bordeaux, succède à ce poste à Graeme Jones, parti rejoindre le club de West Bromwich Albion (D2 anglaise). Depuis deux ans, l'ancien attaquant français était chargé de coacher plus spécifiquement l'attaque des Diables Rouges, qui ont terminé 3e de la Coupe du monde en Russie en juillet.
               
Il sera remplacé à ce poste par l'Ecossais Shaun Richard Maloney, ex-international du Celtic Glasgow, d'Aston Villa, de Wigan et des Chicago Fire, a précisé la Fédération belge.
 

"Nomination naturelle"

"Nous sommes ravis qu'il ait décidé de rester avec les Diables Rouges, de rester avec ce que nous avons commencé pendant la Coupe du Monde en Russie", a expliqué Roberto Martinez lors d'une conférence de presse, en qualifiant la promotion de l'ex-Gunner de "nomination naturelle". "C'est un moment très important pour nous, quand nous allons avoir de nouveaux jeunes joueurs rejoignant l'équipe nationale, avec les standards qui sont les nôtres et en étant aussi bons que possible dans la Ligue des nations. Et pour ça, Thierry Henry va être essentiel", s'est félicité le sélectionneur belge.
               
"Maintenant il va avoir un plus grand rôle en termes de contribution quotidienne. Il sera à plein temps dans la structure de la fédération belge",
a précisé Martinez. En pourparlers avec Bordeaux pour en devenir l'entraîneur, Thierry Henry a finalement décliné l'offre cette semaine. Le manque de garanties apportées à Henry par le fonds d'investissements américain GACP, appelé à devenir propriétaire des Girondins fin septembre après un vote du conseil de Bordeaux Métropole concernant le loyer du stade (3,85 millions d'euros par an jusqu'en 2041), serait la raison principale de ce refus.