Thelonious Monk, de Roland Brival : plongée dans l'âme tourmentée d'un génie du jazz

Roland Brival
© Catherine Hélie | Le romancier martiniquais Roland Brival

Dans "Thelonious" (éditions Gallimard), le romancier martiniquais Roland Brival se penche sur les dernières années du pianiste de jazz afro-américain, isolé, reclu dans sa chambre et son intériorité.
 

Philippe Triay
Publié le , mis à jour le

Son père voulait pour son fils une carrière de  professeur ou d’avocat. Mais il deviendra l’un des plus grands pianistes de jazz au monde, fascinant ses auditeurs par sa virtuosité et ses improvisations parfois déconcertantes pour les non initiés. Son nom, Thelonious Monk, auquel l'écrivain martiniquais Roland Brival, lui-même musicien, rend hommage dans un livre sobrement intitulé “Thelonious” (éditions Gallimard, novembre 2018).

L'histoire est tragique. Le pianiste américain passa en effet les dernières années de sa vie quasiment isolé et presque autiste. "Ses yeux ne contemplaient qu'un espace improbable, un territoire enfoui au plus profond de lui-même, une savane brûlée dont l'étendue béante n'offrait aucune prise au bout de l'horizon", écrit Roland Brival.


Dans des sortes de flashs pourtant, Monk se remémore des instants de sa vie. La musique, bien sûr - et tout le milieu artistique et interlope qui l'entoure dans les grandes villes américaines - et ses tournées à l'étranger. Mais également ses amours, sa famille, son passage en prison, le racisme et la ségrégation institutionnelle en vigueur à son époque. Dans ce maelstrom, on croise des légendes du jazz : Count Basie, Miles Davis, John Coltrane, Sonny Rollins…
 
Liance
© Bruno Liance | Le roman "Thelonious" est illustré par des dessins à la craie de Bruno Liance.

Roland Brival décrypte de façon presque chirurgicale les mécanismes à l'oeuvre dans l'esprit torturé de Monk, sa vision musicale du monde qui la rend si particulière, unique. On ressent dans le livre la formidable empathie qui a saisi l'écrivain dans sa narration, d'un artiste à un autre, de musicien à musicien, même si ces deux-là ne se sont jamais connus. Et l’on ne peut s'empêcher de penser à l'autre proximité intellectuelle qu'avait manifesté Brival quand il avait écrit "Nègre de personne", une biographie romancée du poète guyanais Léon-Gontran Damas.

Le livre est émaillé de belles illustrations en noir et blanc, réalisées à la craie par Bruno Liance. Des dessins de Thelonious Monk en situation dans l'univers dense, intimiste et fabuleux du jazz. Le prodigieux pianiste, né en octobre 1917, s'est éteint en février 1982.

"Thelonious", par Roland Brival (illustrations Bruno Liance) - éditions Gallimard, 160 pages, 23 euros.