Théâtres d’Outre-mer en Avignon : "Le Berceau des esprits"

berceau esprits
© philippe triay/la1ere.fr | Une scène du spectacle «Le Berceau des esprits », par la Compagnie de danse contemporaine de Nouvelle-Calédonie, le 10 juillet 2014 au Festival "Off" d'Avignon.

Tous les jours de cette semaine, La1ere.fr vous emmène aux Théâtres d’Outre-mer en Avignon (Toma), dans le cadre du Festival "Off". Aujourd’hui, "Le Berceau des esprits", de la Compagnie de danse contemporaine de Nouvelle-Calédonie. 

Par Philippe Triay, envoyé spécial en Avignon Publié le , mis à jour le

Durant ces soirées de représentations du "Berceau des esprits", la Chapelle du Verbe incarné, qui accueille les Toma, pourrait s’appeler la "Chapelle du Geste incarné". Tant une gestuelle puissante donne toute son intensité au spectacle fabuleux de la Compagnie de danse contemporaine de Nouvelle-Calédonie.

Instants magiques

Dans une chorégraphie réglée au millimètre, les corps s’enchevêtrent, se font et se défont, se frôlent, sur des musiques classiques d’Antonio Vivaldi et de Giovanni Gabrieli, sur des percussions japonaises ou sur des rythmes traditionnels kanaks joués par les six danseurs, frappant dans leurs mains et sur leurs corps ou avec des baguettes. L’effervescence musicale alterne avec des moments de silence. Dans ces instants, magiques, on peut entendre le souffle des danseurs quand on est proche de la scène, le souffle devenant lui-même rythmique.

Le spectacle, mis en scène par le Calédonien Sthan Kabar-Louët, est une ode mystique à la nature ainsi qu’aux énergies cosmiques et telluriques de l’univers. Sans qu’une parole ne soit prononcée, on devine la force de la cosmologie kanak derrière chaque geste et chaque mouvement. Avec "Le Berceau des esprits", la troupe complète une trilogie commencée avec "A L’aube de la nouvelle lune", qui traitait de la naissance du monde chez les Kanaks, suivie par "Figure In !", inspirée de l’exposition "Kanak, l’art est une parole", présentée au musée du quai Branly à Paris et au Centre culturel Jean-Marie Tjibaou de Nouméa.

Un incontournable du Festival "Off"

Dirigée par Sthan Kabar-Louët, qui a travaillé pendant sept ans avec Maurice Béjart, la Compagnie de danse contemporaine de Nouvelle-Calédonie est multiculturelle et composée de danseurs qui sont tous d’origine calédonienne ou du Pacifique. Outre la France et la Nouvelle-Calédonie, la troupe a également joué au Japon et en Corée du Sud.

En Avignon, on pourra voir "Le Berceau des esprits" tous les jours jusqu’au 27 juillet à la Chapelle du Verbe incarné, à 21h50 (relâche les 16 et 23 juillet). Le spectacle est d’une éclatante virtuosité. Il dure 1h10 et c’est, de notre point de vue, un incontournable du Festival "Off". Courez-y vite, que ce soit en Avignon ou ailleurs. (Les danseurs : Tania Alaverdov, Julie Fortin, Sthan Kabar-Louët, Tuaï Machoro, Tanguy Ricaud et Charlory Thomson. Costumes : Carl Flotat. Lumières : Ian Perraud).

EXTRAIT : "Le Berceau des esprits", (Compagnie de danse contemporaine de Nouvelle-Calédonie), Avignon, 10 juillet 2014