"The Window", nouvelle perle de la vocaliste Cécile McLorin Salvant

Cécile McLorin Salvant
© Mark Fitton | Cécile McLorin Salvant (qui a réalisé la pochette de son dernier album "The Window", à droite)

La chanteuse d’origine guadeloupéenne et haïtienne est de retour dans les bacs avec un nouvel opus jazz intitulé "The Window". Un album sobre et dépouillé enregistré en duo avec le pianiste américain Sullivan Fortner.
 

Philippe Triay
Publié le , mis à jour le

Après "Dreams and Daggers", sorti en 2017, qui a obtenu cette année le Grammy Award du "meilleur album de jazz vocal" (le deuxième de Cécile McLorin Salvant après "For One to Love"), la chanteuse explore l’univers du duo avec le pianiste américain Sullivan Fortner, avec qui elle avait déjà collaboré, sur une nouvelle pépite intitulée "The Window" (paru chez Mack Avenue).  

Avec simplicité et une extraordinaire finesse, les deux musiciens investissent les registres du jazz vocal classique avec des reprises et des compositions originales. Et "The Window", la fenêtre, une fois de plus s’ouvre miraculeusement sur les talents de vocaliste, compositrice et parolière de Cécile McLorin Salvant. Dans l’album, on note particulièrement cette reprise émouvante de "Visions" de Stevie Wonder (vidéo ci-dessous) et celle de "Ever Since the One I Love's Been Gone" du défunt pianiste afro-américain Buddy Johnson. Par ailleurs, la chanteuse parfaitement bilingue interprète deux belles chansons en français "À clef" et "J’ai l’cafard".
 

 

Bio en bref

Pour mémoire, Cécile McLorin Salvant est née en août 1989 d’un père haïtien et d’une mère guadeloupéenne et a grandi à Miami, aux Etats-Unis. Piano classique à cinq ans, chant et chorale à huit, elle se passionne très tôt pour la musique, encouragée et poussée par ses parents. Après ses années de lycée aux Etats-Unis, elle s’envole pour la France et Aix-en-Provence, pour y suivre des études de droit et de science politique. Elle s’adonne parallèlement à son art, en prenant des cours de chant lyrique au Conservatoire Darius Milhaud de la ville.

Remarquée et encouragée par le professeur et clarinettiste français Jean-François Bonnel, elle enregistre son premier album "Cécile" en 2009, et effectue une série de concerts à Paris. Son deuxième opus, "Woman Child" est sorti au printemps 2013. Cécile McLorin Salvant a été nommée pour ce CD aux Grammy Award 2014 dans la catégorie du meilleur album de jazz vocal. Elle est également récipiendaire du Prix Django Reinhardt 2017 de l'Académie française du jazz.