Les Terres et mers australes françaises candidates au patrimoine mondial de l'UNESCO

Paysage Kerguelen
© SOPHIE LAUTIER / AFP

Le Ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy et la Ministre des Outre-mer, Annick Girardin, ont annoncé par communiqué soutenir la candidature des "Terres et mers australes françaises" à l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

A.L Publié le

C'est officiel, les "Terres et mers australes françaises" sont candidates à  l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO. La candidature sera examinée lors de la prochaine session du Comité du patrimoine mondial en juillet 2019.
La réserve naturelle nationale des Terres Australes françaises est sur les listes indicatives de l'UNESCO depuis septembre 2016.


De quoi s'agit-il?

Le site candidat est basé au sud de l'océan indien. Il inclut l'archipel Crozet; les îles Kerguelen et Saint-Paul Amsterdam, ainsi qu'une large partie des zones économiques exclusives (ZEE) de ces territoires.
Soit un périmètre de près de 673 000 km2, essentiellement marin et qui correspond à celui de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises.
 
carte terres et mers australes
© capture TAAF.FR
Une précision toutefois: le site n'englobe pas toutes les Terres australes et antarctiques françaises. En effet, il ne comprend ni les Îles Eparses de l'Océan Indien ni la Terre-Adélie.
 
Il s'agit en tout cas de l'une des plus vastes aires marines protégées au monde et du plus grand bien proposé à l'inscription au patrimoine de l'UNESCO.
 

"Sanctuaires de biodiversité préservés, les Terres et mers australes françaises présentent un patrimoine naturel exceptionnel, abritant un nombre important d’espèces à fort enjeu de conservation au niveau international", souligne le Ministre de la Transition écologique.

"Ces îles inhabitées sont des territoires de sciences, observatoires de la biodiversité et sentinelles des changements globaux. L’inscription des Terres et mers australes françaises sur la Liste du patrimoine mondial constituerait une reconnaissance de ce patrimoine exceptionnel et un appui à la démarche de conservation",
- François de Rugy


Un site naturel exceptionnel

Point commun de ces rares terres émergées dans cette partie du monde? Ce sont de véritables oasis en plein coeur de l'océan austral.

On y trouve parmi les plus importantes populations au monde d'oiseaux et de mammifères marins, dont diverses espèces d'albatros, de manchots ou encore de phoques et de cétacés.

C'est le siège de phénomènes exceptionnels de concentration de ces espèces, qui s’expliquent par l’existence d’eaux très productives au cœur d’un océan Austral.

Les manchots sur l'îles aux Cochons, dans l'archipel de Crozet, dans les TAAF.
© CELINE LE BOHEC / CNRS / AFP | Les manchots sur l'îles aux Cochons, dans l'archipel de Crozet, dans les TAAF.


Des îles volcaniques quasi inhabitées

Les trois îles de la réserve - classées réserve naturelle nationale en 2006- sont par ailleurs issues de l'activité volcanique. C'est ce qui frappe par exemple sur l'archipel de Kerguelen: des falaises de basalte.
Sur place, des missions annuelles assurent une permanence scientifique et technique, avec plus d'une centaine de personnes en été et une quarantaine en hiver.

L'archipel Crozet (340 km2), situé sur la plaque antarctique, est quant à lui composé de cinq îles volcaniques. La plus élevée culmine à 1 050 m. L'archipel ne compte aucun habitant permanent.

Enfin, l’île Saint-Paul (8 km²), quant à elle, est caractérisée par la présence d’un cratère central envahi par la mer, avec une passe peu profonde délimitée par deux jetées naturelles de bloc rocheux.
Pour raisons environnementales, l'accès sur l'île est désormais interdit, en dehors des missions scientifiques.

paysage de l'archipel des Kerguelen
© Stichelbaut Benoit, hemis.fr | paysage de l'archipel des Kerguelen


L'ensemble de la  Réserve naturelle a d'ailleurs mis en place un système de gestion reconnu et éprouvé, qui s’appuie sur la connaissance scientifique et le suivi à long terme des espèces.

Pour ces raisons, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a justement attribué le label Liste verte à la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises en novembre dernier.

Pour en savoir un peu plus sur cette immense réserve naturelle, vous pouvez écouter ici un reportage diffusé à l'époque sur rfi.

Candidature examinée en juillet 2019

La candidature sera d'abord évaluée par l'UICN, organisation consultative auprès du Comité du patrimoine mondial pour les biens naturels. Le rapport d'évaluation sera transmis en mai 2019 avec recommandation officielle au Comité.

Ce dernier se réunit à Bakou en Azerbaïdjan du 30 juin au 10 juillet 2019. La France sera alors fixée sur l'inscription -ou non-des Terres et mers australes françaises sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Déjà trois sites ultramarins inscrits

Les Terres australes et antarctiques françaises pourraient devenir le quatrième site naturel ultramarin inscrit au patrimoine de l'UNESCO, après les lagons de la Nouvelle Calédonie, le Pitons, cirques et remparts de la Réunion et Taputapuatea au coeur du Triangle polynésien.
 

En bonus, le récit de France Ô: