Sylvette Wassapa Kaloïe, la culture kanak au coeur [Tranches de vie]

Sylvette Kaloie
© DR | Sylvette Wassapa Kaloïe.

Sylvette vit à Bonneuil en région parisienne. Elle consacre sa vie à la culture kanak de son père, Marius Kaloïe, qu'elle n'a pas connu. Il est mort quand elle avait à peine 15 mois, après avoir été exhibé en France pendant l'exposition coloniale.

Pierre Cissé
Publié le , mis à jour le

De son enfance, Sylvette dit qu'elle a été heureuse dans la région bordelaise. Pourtant, au décès de son père, sa mère se remarie et il n'y a pas de place pour elle dans la vie du couple. Ce sont ses grands-parents maternels qui l'élèveront. Pendant longtemps elle ignore tout du passé de son père dans les zoos humains. Mais dès qu'elle apprend qu'il est venu, comme tant d'autres Kanaks, au même titre que des Africains et des Indiens, participer à cette fameuse exposition coloniale, elle se met en quête de ce père à travers sa culture.

En 1987, elle se rend pour la première fois à Lifou dans le clan de son papa. C'est une renaissance. Elle organise ensuite le rapatriement de son corps sur son île où il repose dorénavant. Mais pour Sylvette Wassapa le chemin est encore long sur la voie de la culture kanak, qu'elle continue de découvrir.

Sylvette Kaloie