Sortir, voir, écouter : les Rendez-vous des Outre-mer dans l'hexagone

Sortir Ecouter voir 10 janvier

En ce début d'année 2019, réactivons nos bons réflexes culturels et continuons de nous divertir !  C'est possible dès ce week-end avec le lancement du carnaval guyanais. De son côté, le chanteur Yoan se prépare pour son premier Zénith. Enfin, la peintre Louisa Marajo s'expose à Paris.  

Louis Otvas
Publié le , mis à jour le

Carnaval

En Guyane, la saison carnavalesque débute ce samedi 12 pour s’achever le 2 mars prochain. Il en sera de même en région parisienne, à Bobigny (Pavillon Europe 36, avenue de la division Leclerc) avec l’association Dokonon qui va donc organiser tous les samedis le bal paré-masqué, autrement dit le bal des touloulous avec son propre orchestre. Pour ceux qui auraient loupé un épisode, petit rappel : les touloulous sont ces femmes qui viennent entièrement déguisées de façon à rester méconnaissables. Reines d’un soir, ce sont elles qui invitent les cavaliers. Cette tradition est inscrite au patrimoine culturel français, et peut-être prochainement au patrimoine mondial de l’Unesco (même si la route est longue).
Information pratique : possibilité de louer sur place les tenues touloulous.

Musique

Yoan au (Zénith le 19 janvier). Ancien membre du groupe « Trade Union », issu de la scène R and B, Yoan est ce chanteur guadeloupéen au physique de footballeur américain qui revendique son appartenance à la jeune scène caribéenne. Comprenez il  chante bien sûr du zouk, mais pas seulement ; il chante en créole mais aussi en français. Le 19 janvier à l’occasion de son premier Zénith, l’auteur de "Sauvons",  "Emmène-moi", "Jusqu’au bout " en donnera l’illustration avec l’interprétation de son second album O.h.a.h.a (référence au film Lilo et Stitch de Disney). Une quinzaine de titres qui alternent zouk et ballades caribéennes, servis par sa voix lumineuse. Sur scène, le rejoindront, entre autres, Milca, Axel Tony, Marvin et Dj Jairo.

Art contemporain

Louisa Marajo (exposition à la galerie l’Openbach à Paris, à partir du 9 janvier jusqu’au 13). A partir d’une installation précédente qui s’est tenue à Lyon, la peintre martiniquaise a effectué des tirages photos. Puis des dessins et des tableaux. Son travail ? De la métamorphose. Pour le qualifier, elle parle "de peinture qui se déploie dans l’espace sous plusieurs formes". "C’est une mise en scène de la peinture" explique-t-elle. "Je travaille sur la notion de chaos. Un chaos positif qui génère un ordre qui n’est pas encore advenu". Les amoureux d’art contemporain n’auront que quelques jours pour apprécier son travail. Ensuite, il faudra se rendre en Martinique, à Fort-de-France pour apercevoir l’une de ses photos. Ca sera dans le cadre de l’exposition collective de la galerie 14°N 61°W, à partir du 18 janvier.
exposition Dismantling