Sortir, voir, écouter : les rendez-vous culturels des Outre-mer dans l'Hexagone

chronique 3 mai 18

Mai est le mois où l'on fait ce qu'il nous plaît. Alors commençons par débattre, 50 ans après mai 68 avec notamment Angela Davis. Puis chantons et bougeons dans le sillage de Lycinaïs Jean, E.Sy Kennega et Fabrice Di Falco.

Louis Otvas
Publié le , mis à jour le

#Festival

Mondes Possibles (avec Angela Davis). Dans le cadre des célébrations de mai 68, le théâtre de Nanterre provoque la rencontre entre artistes et penseurs. C’est ainsi que l’icône des droits civiques Angela Davis, accompagnée de Tariq Ali, un opposant à la dictature militaire du Pakistan, conversera, jeudi 3 mai avec la chercheuse rtéunionnaise Françoise Vergès. A partir de 20h.
Angela Davis
© S Gnipate

#Musique

E.Sy Kennenga. C’est au Trabendo, samedi 5 mai que E.Sy Kennega, le solda lanmou, donnera à entendre une nouvelle fois le second chapitre de son carnet de voyage. E.Sy Kennenga a sollicité plusieurs de ses collègues pour ce nouvel opus : Féfé, Jocelyne Beroard et Jean-Philippe Marthely. Certains seront présents pour accompagner celui qui défend une seule profession de foi : «vivre ses rêves et non rêver sa vie».

E.Sy Kennenga


Fabrice Di Falco. Avec son nouveau spectacle, le conte musical créole « Beguin the biguine », Fabrice Di Falco raconte, samedi 5 mai, au Bal Blomet, l’histoire du grand théâtre de Saint-Pierre, à la Martinique. Passant de l’opéra à la biguine, le chanteur lyrique prêtera sa voix aux œuvres de Edith Lefel, Jenny Alpha, le Chevalier de Saint-Georges, Vivaldi ou encore Cole Porter, le créateur de « Beguin the biguine ». Valeurs ajoutées du spectacle : des photos en 3D du théâtre de Saint-Pierre, Max Cilla et sa flûte des mornes et le violoniste Daniel Misaine. Le 8 mai, c'est la ville même de Saint-Pierre en Martinique qui accueillera tout ce beau monde.

Fabrice Di Falco et Max Cilla


Lycinaïs Jean, en plein-air sur la Butte Montmartre. Un concept nouveau et ça sera dimanche 6 mai, à 19h30. La jeune artiste jouera, seule, accompagnée simplement de sa guitare. Et le public pourra l’entendre grâce à un casque prêté (contre 5 euros, se munir d’une pièce d’identité).