Sortir, voir, écouter : les rendez-vous culturels des Outre-mer dans l'hexagone

Sortir, voir, écouter : les Rendez-vous des Outre-mer dans l'hexagone

Cette semaine, incursion à Los Angeles avec la nomination de Nesly aux B.E.T. Awards. Une première pour le zouk. Moins exposé  mais pas moins méritant, le dernier single de la Guyanaise Saïna Manotte. Sinon, rappelez-vous que le Festival des abolitions se poursuit jusqu'au 22 juin à Paris.

Louis Otvas
Publié le , mis à jour le

B.E.T. Awards : Nesly nommée

C’est par la presse que la jeune chanteuse de zouk Nesly a appris sa nomination aux B.E.T Awards qui se dérouleront à Los Angeles le 23 juin prochain. « C’est la première fois  que je me sens représentante de quelque chose. Je me dis qu’il ne s’agit même plus de moi. Il  s’agit de notre musique qui est reconnue. C’est une fierté » nous a-t-elle confié. Retenue dans la catégorie Best New International Act (meilleur groupe ou artiste international), Nesly concourt aux côtés  de Aya Nakamura, Jok’Air et Dosseh. Créés en 2001 par la Black Entertainment Television, cette manifestation récompense chaque année les meilleurs artistes afro-américains dans les domaines de la musique et du cinéma, avec une ouverture à l'international.


Festival

Festival des abolitions (du 8 au 22 juin, 100 ECS à Paris).  Plasticiens, vidéastes, musiciens, intellectuels, comédiens : pour la 8e édition, le Festival des abolitions met en valeur les productions des descendants d’esclaves. Encore une dizaine de jours pour se plonger dans l’univers artistique et culturel caribéen. Avec par exemple, ce vendredi le concert de Komandant Simi et samedi un débat avec Frédéric Régent, Myriam Cottias, Mathieu Méranville et Serge Diantantu. Et le 21 juin, le festival ne manquera pas de fêter la fête de musique.
Festival des Abolitions


Livres

L'île aux enfants de Ariane Bois (éditions Pointillé chez Belfond). Sorti en mars dernier, L'île aux enfants s’attaque à la problématique dite des « Réunionnais de la Creuse », ces quelque 2100 enfants réunionnais arrachés à leurs familles et placés dans l’Hexagone, entre 1963 et 1982, pour repeupler certains départements. En 2014, une résolution nationale reconnaissait la responsabilité de l’Etat dans le destin tragique de ces enfants. Dans le sillage de Pauline et Clémence, ses deux héroïnes, Ariane Bois restitue avec justesse l’épaisseur de ce drame longtemps occulté.
L'ïle aux enfants de Ariane Bois


Musique 

Saïna Manotte
Son dernier clip « Fanm a liberté » mettait en scène des femmes, dont Tanya Saint-Val, à l’occasion de la Journée internationale des femmes. Une ode à la femme caribéenne. Aujourd’hui, la jeune pépite guyanaise nous revient avec ce nouveau titre « To pa té la » qui nous rappelle que, si son univers mêle rythmes créole, caribéen et sud-américain, le zouk n’est jamais bien loin.

D’ailleurs, pour le plaisir et en prime sa prestation Medley Kreyol avec Lova Jah et Maxime Manot’.