Sargasses : Girardin déplore l'inaction des précédents gouvernements

Sargasses Girardin
© DR

La ministre des Outre-mer a regretté jeudi l'absence de plan d'action des gouvernements précédents concernant les sargasses, ces algues brunes nauséabondes qui envahissent depuis plusieurs semaines les rivages des Antilles et de Guyane, à la sortie d'un comité stratégique national sur le sujet. 

La1ere.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

La ministre des Outre-mer a précisé que le gouvernement était en train de construire "un plan national", qui sera "concrétisé dans une semaine, une semaine et demie", et "des plans territoriaux qui permettront désormais de réagir immédiatement", en cas d'arrivée des sargasses sur les plages.

"Mobilisation générale"

"Mais pourquoi on ne l'a pas fait avant ? Pourquoi on est obligé d'attendre une année où on est complètement submergé pour qu'enfin un gouvernement dise 'il faut un plan d'action', 'il faut que quand à J-4 ou J-5 des nappes de sargasses arrivent, on s'organise sur le territoire'?", s'est-elle interrogée devant la presse, à l'issue d'une première réunion interministérielle.

Selon elle, "jamais ça n'a été organisé. Même financièrement. L'effort de l'Etat, dans un premier temps en urgence, est de 3 millions (d'euros), c'est le double de ce qui avait été mis dans des années précédentes où les territoires ont été touchés", a-t-elle ajouté, tout en précisant que le phénomène des sargasses n'avait "jamais été aussi important que cette année".

Il y a, a-t-elle poursuivi, "une mobilisation générale" du gouvernement, avec "une prise de conscience de la difficulté sur les territoires et une résolution importante: il ne faut pas laisser les sargasses sur les bords de mer plus de 48 heures, sinon il y a ces émanations et ces difficultés de santé qui peuvent en découler".

Coopération régionale

"C'est peut-être fait un tout petit peu trop tard par rapport aux alertes des élus", a-t-elle reconnu. La veille, devant l'Assemblée, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a reconnu que l'invasion des sargasses était "une calamité" dont le gouvernement n'a "probablement pas pris toute la mesure".

Cinq ministères (Outre-mer, Santé, Intérieur, Transition écologique et Economie et Finances) participent au comité stratégique "et d'autre viendront en renfort", a précisé la ministre, citant notamment les Affaires étrangères. "Il nous faut travailler avec nos voisins. On a besoin d'organiser une conférence autour de ce sujet ou au moins une réunion de coopération", pour savoir comment ils traitent ce sujet.
Mme Girardin a rappelé qu'elle se rendrait prochainement avec Nicolas Hulot dans les territoires touchés.

Les réponses de la ministre des Outre-mer