Souvenirs des mardis gras d’antan à Saint-Pierre : "On louait des costumes jusqu’à vider les placards"

Souvenirs des mardis gras d’antan à Saint-Pierre : "On louait des costumes jusqu’à vider les placards"
© SPM1ère | Le premier roi Bulot a été fabriqué à Saint-Pierre en 1977.

Si la tradition du carnaval perdure à Saint-Pierre et Miquelon, les défilés eux n’ont plus rien à voir avec ceux d’antan. Témoignage de Marie-Josée Revert, couturière et gérante du commerce "Chez Martine".

Laura Philippon
Publié le , mis à jour le

Des costumes faits mains, un magasin qui déborde de tissus et de patrons, les mardis gras d’antan ne ressemblaient pas vraiment à ceux d’aujourd’hui. SPM 1ère a posé trois questions à Marie-Josée Revert, couturière et gérante du commerce "Chez Martine".

SPM1ère: Comment se déroulaient les mardis gras d’antan à Saint-Pierre?

Marie-Josée Revert : Tout le monde était dans l’ambiance avec l’envie de se déguiser. À l’époque, il n’y avait pas de costume tout fait, ou alors très peu. Les gens faisaient leurs costumes eux-mêmes. Ils achetaient des patrons et des tissus au magasin et faisaient de très beaux costumes, ils s’investissaient énormément.
À l’époque, je faisais tous mes costumes mains, mais ça valait la peine parce qu’on les sortait souvent, le mardi gras durait longtemps. Maintenant, ce n’est plus possible, car ce n’est plus rentable, faire des costumes à un coût, alors si c’est pour les porter qu’une seule fois...

Pourquoi le carnaval a changé ?

Les gens sont moins dans l’ambiance qu’il y a dix ou quinze ans. D’abord parce que le carnaval, c’est juste une soirée et le bal se fait le mardi alors que tout le monde travaille le lendemain. Avant, on se déguisait toute la semaine, parfois plusieurs week-ends de suite. Il y avait des bals et des soirées partout, c’était une ambiance phénoménale.

On louait des costumes jusqu’à vider les placards, on ne savait plus quoi donner







La location de costume ne s’arrêtait jamais ! Chez moi, ça frappait à 22h30, 23h30 le soir, les gens demandaient : "Est-ce qu’il reste des costumes ?" Ils se décidaient à sortir tard et on louait des costumes jusqu’à vider les placards, on ne savait plus quoi donner. Les gens avaient vraiment envie de se déguiser.

Qu’est-ce que vous regrettez de cette époque-là ?

Je regrette beaucoup de choses, l’ambiance surtout ! Maintenant, ils veulent se déguiser avec tous les thèmes de la télé, ça n’a plus rien à voir...


Ecoutez ci-dessous un extrait du témoignage de Marie-Josée Revert au micro SPM1ère de Flavie Bry :


Regardez ci-dessous le reportage de Linda Saci.
MARDI GRAS D ANTAN-PAD