Un trajet beaucoup plus court, sans escale et un voyage au final beaucoup moins fatigant. Ceux qui ont testé la ligne directe entre l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon et l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle sont unanimes : ils souhaitent que cela continue.
Cette expérimentation est proposée sur 2 ans, uniquement pendant l'été, avec pour objectif, de désenclaver le territoire. Objectif atteint : à l'exception d'un vol, le taux de remplissage a toujours atteint 100%. Il faut dire que les voyageurs ont été conquis par ce trajet de 5h30 en moyenne pour rejoindre la métropole.
Le reportage à l'aéroport Saint-Pierre - Pointe-Blanche de Claudio Arthur et Guillaume Desmalles : 
 
A l'aéroport, juste avant le dernier vol direct en direction de Paris

Même satisfaction du côté des personnes impliquées dans la mise en place de ces vols expérimentaux. Des travaux avaient dû être effectués au préalable pour agrandir l'espace dédié à la sécurité, à la réception des bagages ou encore la salle d'embarquement. Une société privée s'est aussi vu confier la sécurité. Aucun problème n'a été signalé pendant ces 2 mois. La météo, pourtant parfois brumeuse, n'a pas empêché l'avion de se poser à Saint-Pierre.
 

Plus de passagers par vol ?

Quelques points sont à l'étude comme le poids des bagages. S'il était un peu restreint, cela pourrait permettre d'embarquer davantage de passagers. Tous ces changements possibles seront discutés lors d'une réunion, mais le bilan reste satisfaisant.
Benoît Gosset, chef du service de l'aviation civile était l'invité du journal télévisé de ce mardi 21 août. Il répond aux questions d'Emilie Boulenger.
 
Entretien avec Benoît Gosset, de l'aviation civile