Zamal: un trafic juteux entre La Réunion et l'île Maurice

saisie drogue trafic zamal 142 kg cannabis Anse des cascades Sainte-Rose 010619
© Gaëlle Malet (Réunion la 1ère)

Les 6 trafiquants présumés interpellés vendredi soir à Sainte-Rose sont toujours entre les mains des gendarmes de la section de recherches. Ces hommes, 4 Mauriciens et deux Réunionnais, seront présentés à un juge d’instruction demain mardi au plus tard. 

A.G. Publié le , mis à jour le

S’il est possible à La Réunion de se procurer un gramme de cannabis avec 5 euros à peine, il faut compter 3 à 5 fois plus à Maurice. Cette différence de tarif s’explique par la répression très sévère des autorités mauriciennes. Là-bas, fumer un joint en récidive peut conduire un consommateur en prison pour un an. Et cultiver du cannabis est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.  

Si l’on se fie aux estimations de la Justice mauricienne lors des récentes affaires, le gandia –comme on appelle le zamal là-bas, peut se négocier jusqu’à 75 euros le gramme en vente au détail. Ces 147 kg qui s’apprêtaient à quitter notre île par bateau dans des sacs étanches représentent donc une valeur marchande comprise entre 2 et 7 millions d’euros !

Un business dangereux compte-tenu des risques encourus mais très lucratif, ce qui permet de comprendre pourquoi les trafiquants commencent à mettre en place des go-fasts. Ces embarcations très puissantes utilisées depuis de nombreuses années pour faire entrer du cannabis en Europe  depuis l’Afrique du Nord.
 

Les trafiquants toujours en garde à vue

Le sort de ces 6 hommes interpellés lors du coup de filet des gendarmes vendredi soir à Sainte-Rose n’est pas encore scellé. Ils pourraient être jugés en comparution immédiate en milieu de semaine au plus tard ou bien être mis en examen si le parquet estime qu’une enquête poussée permettrait de faire tomber l’ensemble du réseau.

Quant à l'homme interpellé samedi matin en débarquant à l’aéroport Roland-Garros avec plus de 600 grammes de cocaïne dans ses bagages, il est toujours en garde à vue. Un procès en comparution immédiate est envisagé dans les jours qui viennent. Le prévenu est un ressortissant tchadien d'une vingtaine d'années.