L’URSSAF met fin aux saisies et aux poursuites contre les petits pêcheurs

Jean-René ENILORAC, président du CRPMEM (Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins) de La Réunion, a obtenu de l’URSSAF l’arrêt immédiat des recouvrements. 

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Communiqué
Depuis plus d’un an, le président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de La Réunion se mobilise pour trouver une solution en faveur de ses ressortissants pêcheurs professionnels, les actifs comme les pensionnés, malmenés par voie d’huissiers pour leurs impayés de contributions sociales de la Caisse maritime d’allocations familiales (CMAF).
Son intervention en 2015 sur la suppression de l’exonération des cotisations CSG/CRDS sur les bas salaires avait déjà permis d’interpeller le ministre de la mer et de la pêche.
 
La fin des saisies par huissier

Suite à un courrier qu’il a signé en Juin dernier avec les présidents des CRPMEM des autres DOM à destination de l'URSSAF Poitou-Charentes, dont dépendent les professionnels ultramarins, Jean-René Enilorac a été reçu ce mardi 18 Octobre à Montreuil par sa directrice ainsi que par l’agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS), son organisme de tutelle.
Jean-René ENILORAC y a demandé et obtenu l’arrêt immédiat des recouvrements brutaux par les huissiers de justice et l’instauration de plans d’apurement, établis au cas par cas selon les conditions individuelles de ressources des professionnels avec le Comité régional des pêches.
 
Les petits pêcheurs doivent négocier leurs plans d’apurement
 
Jean-René Enilorac a également reçu de l’URSSAF la confirmation d’une mainlevée immédiate des saisies sur comptes bancaires des pêcheurs réunionnais.
A cet effet, le président du CRPMEM de La Réunion invite de nouveau tous les marins, actifs comme retraités, à se rapprocher sans délai des permanents de l’organisation professionnelle au Port afin d’examiner individuellement les situations et établir en lien avec l’URSSAF des plans d’apurement et moratoires. Jean-René Enilorac se félicite bien évidemment de l’avancée significative de ce dossier sensible pour les marins réunionnais et dénonce la méthode du collectif « Baillif » qui a trompé les pêcheurs en leur promettant malhonnêtement des exonérations et des abandons de créances par l’URSSAF.