Rentrée scolaire : "après un mois de vacances, aïe, aïe, aïe"

Rentrée scolaire : "après deux mois de vacances, aïe, aïe, aïe"
© PATRICK KOVARIK / AFP

L’heure de la rentrée a sonné. Les marmailles de l’île ont repris l’école après un mois de vacances ce lundi 28 janvier. Retour en classe, retrouvailles avec les copains et les professeurs, voilà le programme des 224.000 élèves en cette fin janvier. Reportage au Tampon.

Virginie Coent / Patrick Smith Publié le , mis à jour le

Aux quatre coins de l’île, les réveils ont sonné tôt ce matin. Au repos depuis deux mois, ils ont été chargés de sortir petits et grands de leur lit.

Cela n’a pas été facile pour tout le monde. Au Tampon, à l’école Louis Clair Fontaine, les traits sont fatigués : "après un mois de vacances : aïe aïe aïe", se désole une maman avec sa petite fille dans les bras. Une autre mère de famille relativise : "ce n’est pas évident surtout le matin au lever, mais sinon ma fille est contente de revoir ses amis".

Regardez ce reportage de P.Smith et J.Payet : 

 

Une pause estivale bien remplie

Les vacances ont été bien chargées pour nos marmailles qui ont pu profiter, sous le soleil, des activités que propose notre île.

Certains en ont profité, par exemple, pour aller s’amuser à la plage avec sa famille : "je suis partie à la plage avec ma tatie, je suis allée au restaurant. C’était top !". La petite fille est formelle, "l’école c’est pas mieux que les vacances".

Mêmes occupations estivales pour cette petite fille et son papa : "On a bien profité en famille, piscine, plage, randonnées… On a profité au maximum".
D’autres en revanche sont allés au centre aéré et ont pu occuper ces longues semaines de repos : "je suis partie au centre aéré, je me suis fait des copains et j’ai fait de sorties. Mon meilleur souvenir c’est Aquanor, j’aime bien aller là-bas, il y a des piscines et beaucoup de toboggans", s’exclame une petite fille.
 

Les choses sérieuses recommencent

"On retrouve nos amis et notre maîtresse et on recommence le travail", remarque une marmaille. Et le travail, ce n’est pas ce qui va manquer. Il reste en effet encore deux trimestres avant la fin de l’année scolaire, de quoi occuper les enfants et leurs professeurs dans des conditions pas toujours évidentes.
 

Des conditions difficiles

Si le week-end pluvieux a permis de faire baisser les températures, les professeurs le savent, cette rentrée est la plus compliquée de l’année. En effet, pour les deux à trois premières semaines suivant la reprise, il fait toujours très chaud dans les salles de classe. Des mesures ont pourtant été prises auparavant afin de contrer au maximum ces désagréments. Pour ne pas subir les températures les plus élevées, le calendrier scolaire a en effet été modifié. La durée des vacances a ainsi été rallongée d’une semaine. Pourtant, élèves et professeurs transpirent toujours à grosses gouttes quand arrive la rentrée.
 

Les ventilateurs tournent

A Sainte-Marie, dans l’école élémentaire Martin Flacourt, les ventilateurs tournent toute la journée, dans les douze salles de l’école. Fabienne Calicharne, directrice de l’école, l’explique : "les bâtiments sont vieux et n’ont pas été construits à l’époque pour répondre aux normes environnementales. Les classes ne sont pas passantes ce qui augmente la température à l’intérieur. Les ventilateurs sont nécessaires, on ne peut pas travailler sans". Pour Yves Denejean, professeur dans l’école, les conditions sont compliquées pour tout le monde : "l’aération est parfois difficile pour les enfants qui transpirent beaucoup. Même pour nous, professeurs, nos corps doivent s’habituer à la salle de classe. Il m’arrive parfois par exemple d’amener plusieurs tenues pour la même journée".

Si les conditions climatiques ne sont pas des plus agréables, "elles ne sont pourtant pas exceptionnelles", comme tient à la rappeler Vêlayoudom Marimoutou, recteur de l’Académie de La Réunion. L’Académie et les collectivités locales travaillent tout de même à améliorer ces infrastructures vieillissantes. La température y atteindre les 35 degrés comme ce fut déjà le cas à l’école Martin Flacourt. Le recteur se veut tout de même rassurant : "si on regarde les données météorologiques, les mois les plus chauds sont derrière nous".

Si tous dans l’ensemble sont contents de retrouver leurs amis dans la cour de récréation, les enfants n’attendent qu’une chose : les prochaines vacances de mars.