Le Piton de la Fournaise bouge encore : éruption en cours dans l'enclos

piton de la fournaise
© Web cam de l'Observatoire volcanologique | Vue du Piton de Bert

Le Piton de la Fournaise est décidément très actif... Nouvelle éruption au sein de l’enclos Fouqué !

Réunion La 1ère Publié le , mis à jour le


Communiqué de la préfecture à 19h20


Suite à la reprise d’une activité sismique soutenue sous le flanc est du volcan à 15h00 heure locale, un trémor volcanique synonyme d’arrivée du magma à proximité de la surface est enregistré depuis 17h00 environ. D’abord très faible, l’intensité a progressivement augmenté jusqu’à 17h50, heure des premières observations par une équipe de l’Observatoire volcanique d’une ou de plusieurs nouvelles fissures, au sein de l’enclos Fouqué, en contre-bas de l’éruption du 18 février 2019.

Compte tenu de la présence de gaz chauds et incandescents, et de la possibilité d’émission de lave à court terme, le Préfet a décidé la mise en œuvre de la phase d’alerte 2-2 « éruption en cours dans l’enclos » du dispositif spécifique ORSEC* volcan ce mardi 19 février à 10h15.


 

Point à 15h


L’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise enregistre depuis 15h00 une nouvelle crise sismique. Cette crise n’est pour le moment pas accompagnée de déformation rapide mais témoigne d’une fragilisation du milieu pouvant être associé à une injection de magma vers la surface. Cette activité est centrée sur la zone où s’est produite la précédente éruption.

Une éruption est probable à brève échéance dans les prochaines minutes ou heures.
Dans ces conditions, le préfet a décidé de déclencher à nouveau la phase d’alerte 1 « éruption probable ou éminente» du dispositif spécifique ORSEC volcan à compter de ce jour à 16h30.

En conséquence, l'accès du public à la partie haute de l'enclos du Piton de la Fournaise, que ce soit depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier reste interdit. Il est rappelé que le poser d’aéronefs dans la zone du volcan est réglementé et soumis à autorisation de la Préfecture.

La gendarmerie nationale et l’office national des forêts ont été chargés de veiller à l’application de ces mesures de sécurité sur le site.