Suspecté de prise illégale d’intérêt, Alain Armand est relaxé

Des cambrioleurs lourdement condamnés en correctionnelle
© P. Hoareau

Suspecté de prise illégale d’intérêt, Alain Armand, président de la Sodiac, a été relaxé. Le tribunal correctionnel de Saint-Denis a rendu son délibéré ce vendredi 8 février. Le parquet aurait fait appel de cette décision, selon le JIR.

Réunion La 1ère Publié le , mis à jour le

Alain Armand est relaxé. Le tribunal correctionnel de Saint-Denis a rendu son délibéré ce vendredi 8 février. Soupçonné de prise illégale d’intérêt, il a été relaxé. Le 14 décembre dernier, le parquet avait pourtant requis un an de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité à l’encontre d’Alain Armand.
 

Un appel

Alain Armand était président de la Sodiac, la Société d’économie mixte dévolue à l’aménagement immobilier. Il était aussi à la tête de la société 2A liée au Groupe Sobefi, et elle aussi dédiée aux transactions immobilières.

Alain Armand était suspecté d’avoir abusé de ses positions. Il est donc relaxé. Selon le Journal de l'Ile, le parquet aurait fait appel de cette décision.