Sri Lanka : pourquoi La Réunion est devenue une destination pour les migrants? [2/5]

Bateau sri-lankais Réunion
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)

Suite de notre série de reportages, entamée hier, sur le Sri Lanka. Réunion la 1ère s'est rendue sur place pour tenter de comprendre comment notre île, jusqu'ici épargnée par la crise migratoire, est devenue une destination prisée par les candidats à l'exil venus de ce pays situé au Sud de l'Inde.

Géraldine Blandin avec Antoine Garnier FF Publié le , mis à jour le

Depuis des décennies, des Sri-Lankais quittent leur pays par bateau en quête d'une vie meilleure. Mais depuis un an, cinq navires sont arrivés illégalement à La Réunion. Un sixième a été arrêté près de nos côtes et encore d'autres alors qu'ils étaient sur le départ... En seulement quelques mois, notre île est devenue le nouvel eldorado des migrants sri-lankais.

L'Australie, c'est fini

Affiche Sri Lanka
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
Au Sri Lanka, on n'est pas surpris de voir partir illégalement des bateaux de pêche à La Réunion, car notre île est une porte d’entrée en France et donc en Europe. Spécialisé dans la défense des droits de l'Homme, l'avocat sri-lankais Lakshan Dias explique que les migrants partaient avant en Australie, mais depuis quelques années, c'est plus compliqué, car le pays a mis en place en 2013 une politique très dure à l'encontre des migrants. "Les Australiens parquent les migrants qu'ils arrêtent sur une petite île, l'île de Nauru où ils ne sont pas traités correctement. L'Australie viole le traité des Nations Unies sur les réfugiés."
 

De bons pêcheurs

Bateau au Sri Lanka mars 2019 2
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)
La fermeture des frontières australiennes et la politique mise en place à l'encontre des migrants semblent être la cause principale de ces arrivées de bateau à La Réunion. Mais comment est-il possible de parcourir 4 000 km sur un navire de pêche de taille moyenne ? À La Réunion, nous sommes surpris à chaque fois arriver de voir arriver des personnes en bonne santé après plus de vingt jours dans l'océan Indien ? Mais au Sri Lanka, personne n'est surpris.
Disha est pêcheur à Négombo, l'un des ports de départ pour La Réunion. Il nous explique alors qu'il répare son bateau qu'il connaît bien la mer, comme tous les pêcheurs du coin, "C'est une région de pêcheurs. Ici, il y a des enfants de 10-12 ans qui ne savent pas parler anglais. Ils ne sont pas beaucoup allés à l'école, mais ils savent piloter un bateau. Ils n'ont pas besoin de GPS… Il leur suffit de lever les yeux vers le ciel pour se repérer et maintenir un cap."


Les maîtres des mers

Journaux sri-lankais mars 2019
© Antoine Garnier (La Réunion 1ère)
Cet avis est partagé par l'avocat Lakshan Dias : "Les Sri Lankais sont les maîtres de la mer. Je crois que tous leurs talents ne sont pas encore connus ! Mais ils savent s'en sortir sans carte... J'ai un client qui est actuellement en train de demander l'asile à La Réunion et il fait partie de ces génies de la mer. Il peut aller partout dans le monde sans regarder une carte."
Toute la semaine, retrouvez notre série de reportages sur Réunion la 1ère Radio, Télé et Internet. Demain, mercredi 13 mars, nous vous parlerons des violences contre les minorités religieuses au Sri Lanka.

Le reportage de nos envoyés spéciaux au Sri Lanka :  Antoine Garnier et Géraldine Blandin 
 

 

L'actu en vidéo

02.09.19 Sainte Marie : les pécheurs en colère après l'ensablement du port

Sainte Marie : les pécheurs en colère après l'ensablement du port