Sur les sentiers du Grand Raid Etape 6 : Mafate à la croisée des chemins

Jean-Pierre Grondin
© Loïs Mussard | Jean-Pierre Grondin

Terre de défis, Mafate est à la croisée des chemins de 6000 trailers déterminés à se surpasser. Diagonale des Fous, Trail de Bourbon, Mascareignes, Zembrocal Trail : pendant deux jours, les quatre courses du Grand raid 2018 graviteront au sein du cœur de La Réunion.

Loïs Mussard Publié le , mis à jour le

Comme un aimant de roc, d’eau et de verdure, attirant les compétiteurs de l’extrême, Mafate est une forteresse naturelle protégée par des remparts culminant à plus de 2000 mètres d’altitude. Pas de voiture, pas de deux-roues, ici la motricité pour avancer dans les sentiers se mesure à la puissance des cuisses et des mollets.

 

« Chacun sa route, chacun son chemin »

 
Un certain Tonton David chantait à l’époque « Chacun sa route, chacun son chemin… ». Le message passé aux voisins est simple quelle que soit la compétition, Mafate est une destination incontournable.
Les participants à la Diagonale des Fous frapperont à la porte d’entrée du cirque le plus enclavé de La Réunion par le Col du Taïbit. Ceux du Trail de Bourbon, partis de Cilaos en direction d’Hell-Bourg via le sentier du Bloc, arriveront dans l’autre sens et ils redescendront à la Nouvelle puis à Marla par le Col de Bœufs.
 

La Plaque : le changement de cap…

 
Après un départ à Grand Ilet, les concurrents de la Mascareignes obliqueront comme ceux du Zembrocal par le sentier scout. Une fois arrivés au lieu-dit la Plaque, ils  prendront la direction d’Ilet à Malheur et d’Aurère, pendant que les coureurs de la Diagonale des Fous continueront leur folle épopée par Ilet à Bourse et l’école de Grand Place non loin de la statue d’Yvrin Pausé, le fameux facteur de Mafate.  
En passant par Mafate, chacun aura l’occasion de découvrir le quotidien des habitants du Cirque qui viendront nombreux les encourager dans leurs efforts. Montées, descentes, dénivelé positif, dénivelé négatif… Peu importe les termes employés, une certitude, les parcours sont tous très vallonnés et ce n’est pas Jean-Pierre Grondin, l’enfant du Pays, qui le pourrait le contredire.
 

«Un jour un Réunionnais gagnera à nouveau le Grand Raid… »

 
Installé dans le village d’Aurère, le trailer qui a terminé à la 7ème place du classement général en 2017 en qualité de 1er Réunionnais, œuvre au quotidien pour l’entretien des sentiers comme agent de l’ONF. Un métier en phase avec sa passion pour la nature. Et si 2017 sera l’occasion pour lui de marquer une pause dans l’’aventure du Grand Raid, il est loin d’avoir définitivement jeté l’éponge. Pour lui, « un jour un Réunionnais gagnera à nouveau le Grand Raid… ».
Pour mémoire, la dernière victoire en date remonte à 2008 avec Pascal Parny. Jean-Pierre Grondin ne précise pas quel trailer péï reprendra le flambeau, mais il y a fort à parier qu’il comptera parmi les postulants.