Sécurité routière : les vélos devront posséder leur propre roue de secours

Un vélo
© Réunion la 1ère | Une espèce en voie de disparition, un cycliste sans roue de secours

Les véhicules à deux roues devront posséder leur propre roue de secours, sous peine d'encourir une amende de 35 euros. Une mesure phare visant à réduire le taux de mortalité sur les routes.

Réunion la 1ère Publié le , mis à jour le

C'est une mesure phare qui est parue au décret officiel ce vendredi : les véhicules à deux roues devront être équipés de leur propre roue de secours. Objectif : réduire le taux de mortalité sur les routes en raccourcissant le temps d'attente de dépannage lors d'une crevaison.
 

Cette mesure va sauver ma vie,


assure Christophe, qui emprunte chaque matin la route du littoral à vélo. "Entre les voitures qui roulent vite, la houle, les éboulis, moins je passe de temps en panne sur la route, plus ma sécurité est assurée".

Du côté des garagistes, c'est une véritable aubaine également, alors que le marché de la roue était en baisse ces dernières années, fortement concurrencé par des roues dites increvables, comme nous le précise Thierry : 

Pour vendre des roues, on était obligé de mettre des clous sur la route


Cette mesure ne ravit pas tout le monde, notamment les pilotes de ligne qui s'inquiètent de cette mesure qui pourrait s'étendre dès l'année prochaine aux avions. Anna, hôtesse de l'air, nous précise : "Nous devons déjà gérer la sécurité de l'avion, les humeurs des passagers, les premiers secours... Maintenant, nous devrons également pouvoir changer un train d'atterrissage en plein vol..."