Sécheresse : le chouchou plus cher

Bazardiers chouchous
© Réunion 1ère

Le chouchou, pour le déguster en daube ou en gratin, il fallait l’acheter sur certains étals ce mardi, entre 3 et 4 euros le kilo.
Les producteurs de Salazie doivent se battre contre des insectes ravageurs et surtout la sécheresse.

Michelle Bertil
Publié le , mis à jour le

On l’appelle chayotte aux Antilles, cristophine en Métropole et chouchou dans l’île.
C’est le légume qu’on aime mettre dans les assiettes en été, en salade, en gratin et même en confiture.
Il est très riche en eau donc rafraichissant,excellent pour perdre du poids et lutter contre l’hypertension artérielle.
Mais sur les étals en ce moment, le chouchou se fait remarquer par son prix, entre 3 et 4 euros le kilo.
Les maraichers ont des soucis avec une mouche qui pique les fruits et les légumes et la sécheresse qui touche le cirque où on le récolte.
Certains consommateurs font la fine bouche : «beaucoup trop cher », d’autres tiennent à leur petite daube et mettent le prix.
En images avec Jean-Claude Toihir-Hamada Boura