"J’aime ce travail, on ne devient pas sapeur-pompier comme ça. Ce métier se fait par convictions. C’est cette foi qui me permet de tenir", confie Christophe Pelerin. Depuis trois ans, ce sapeur-pompier est en procédure judiciaire contre la direction du SDIS, le Service d’Incendie et de Secours de La Réunion.

Regardez le reportage de Sigrid Chane-Kaye-Bone et Willy Thevenin :

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

 

Un avancement refusé

Christophe Pélerin a porté plainte pour discrimination. En 2015, un avancement lui est refusé sur des critères de différenciation propre à La Réunion, mais qui ne respectent pas les textes officiels de la fonction publique territoriale. Le sapeur-pompier avait obtenu gain de cause devant le tribunal administratif en octobre 2017, et l’affaire est désormais portée devant le tribunal correctionnel.
 

Discrimination

"Dans notre métier, on se doit d’intervenir, d’aider les gens quel que soit leur couleur de peau, leur origine, leur convictions personnelles ou politiques, on ne fait aucune différence, rappelle Christophe Pelerin.
 

Il est donc difficile aujourd’hui de voir que l’administration qui m’embauche pour faire ce métier créé elle-même ces différences au sein de son propre personnel.


Sergent-chef, Christophe Pelerin exerce la fonction d’adjudant sans en avoir  le grade depuis plus de dix ans. Sa situation n’est toujours pas régularisée,  alors qu’en octobre 2017, le tribunal administratif avait reconnu la discrimination. Pression en interne, opacité des procédures : l’affaire est désormais portée au pénal.
 

Pour les générations futures

"Qu’on le veuille ou non le SDIS sera devant la justice ce jour-là et devra s’expliquer", ajoute Jérôme Laillot, l’avocat du sapeur-pompier.

Pour Christophe Pelerin, "il est temps que chacun prenne ses responsabilités face à la situation". Le sapeur-pompier ne veut pas "aggraver davantage la situation déjà complexe du SDIS, mais souhaite que les générations futures ne soient plus confrontées à ce genre de problème".

L’affaire sera jugée à la mi-février 2019 devant le tribunal correctionnel.