Affaire Alicia : un second pédophile présumé entendu

Lanceur d'alertes lutte contre les pédophiles
© Réunion la 1ère

Un second homme suspecté d'avoir contacté Alicia, la supposée mineure qui a permis de les démasquer, a été entendu par les militaires de la Gendarmerie. Là encore, la garde à vue a dû être levée pour raison médicale. Les enquêteurs ont saisi son matériel informatique. 

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Le dossier Alicia grossit un peu plus chaque jour. Jeudi, les gendarmes du Tampon ont interpellé un second pédophile présumé. Cet homme est un ami du premier suspect. Comme la veille, le procureur de la République et les enquêteurs ont libéré le prévenu suite à un avis médical.

Cette difficulté, liée à son état de santé fragile, ne stoppe pas les investigations. Là encore, les enquêteurs ont saisi le matériel informatique. Les disques durs ont été transmis aux services spécialisés de la gendarmerie. Non seulement, ces experts vont s'intéresser aux contenus téléchargés, mais également aux contacts de ces deux individus. 

 

La justice a pris en main ce dossier 


Steeve Moore, l'homme à l'origine de ces révélations, a agi de sa propre initiative. Désireux de rester anonyme, il n'a pas choisi son pseudonyme par hasard. Il rend hommage au réalisateur Michael Moore le réalisateur de films engagés. 
Cette démarche, si elle est saluée par une grande majorité de l'opinion, interroge également sur sa légalité.

Dans un communiqué, le vice-procureur de la République de Saint-Pierre, Benoît Bernard, rappel que l'article 73 du code de procédure pénal permet à toute personne d'appréhender l'auteur d'un crime. Il doit le conduire devant un officier de police judiciaire qui, en liaison avec le parquet, entamera les vérifications indispensables pour établir les faits.