Port de Saint-Gilles : la CCIR exclue de la gestion

Port St-Gilles

Le TCO a éjecté la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIR) du port de Saint-Gilles. Une décision prise, ce lundi 15 avril 2019, lors du conseil communautaire.

Annabelle Boyer
Publié le , mis à jour le

Quais qui s’affaissent, manque d’entretien, absence de travaux, installations portuaires et locaux vétustes, autant de raisons pour lesquelles les usagers du port de Saint-Gilles (amodiataires, pêcheurs professionnles, commerçants, plaisanciers) souhaitaient depuis des années la mise à l’écart de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIR) dans la gestion des infrastructures. C’est désormais chose faite. Le TCO a décidé de résilier le contrat de concession qui liait la chambre consulaire au port de plaisance jusqu’en 2022, estimant que le gestionnaire n’avait pas respecté sa part du contrat et commis des fautes. Une décision prise, hier soir, par les élus de l’Ouest en conseil communautaire.

Le TCO récupère donc la gestion des lieux. Le transfert devrait être effectif au 1er septembre prochain. Le président de la communauté d'agglomération, Joseph Sinimalé, a déjà annoncé un plan de réhabilitation de 5 millions d'euros. Les conseillers de l'opposition ont également voté pour. Mais l'affaire n'est pas finie pour autant. Le président de la chambre de commerce veut régler l'affaire devant le tribunal.
 

9 millions d'euros étaient annoncés pour la rénovation

Fin janvier 2018, le président de la Chambre consulaire, Ibrahim Patel, annonçait l’investissement de 9 millions d’euros sur 3 ans pour la rénovation du port. Soulagés au moment de l’annonce, les usagers dénonçaient 6 mois plus tard l’inaction de la CCIR. Les travaux se faisant attendre, à plusieurs reprises ils ont manifesté leur mécontentement et ont bloqué l’accès au port.

Reportage de Jean-Marc Seguin