Saint-Leu : Le sonar de détection des requins " n’était pas activé "

RISQUE requin : un sonar pour éviter les attaques
© CRA | Un exemple d'application du sonar et du dispositif complémentaire de surveillance.

Le Sonar récemment installé à Saint-Leu pour signaler la présence de requins « n’était pas activé ». C’est ce qu’affirme aujourd’hui le CRA après l’attaque mortelle de requin survenue hier.

Delphine Poudroux
Publié le , mis à jour le

Pourquoi la présence du requin n’a-t-elle pas été détectée par le sonar installé en avril dernier à Saint-Leu hier avant l'attaque de requin qui a coûté la vie à Kim Mahbouli, un jeune surfeur ? Nombreux sont ceux aujourd'hui à se poser cette question.

Ce qui est sûr c’est que « le sonar de détection Seapix n’était pas activé » c’est ce qu’affirme aujourd’hui le CRA, le Centre de ressource et d’Appui pour la réduction du risque requin.


Un système en phase test


En réalité, le système, testé depuis quelques jours à peine, n’est pas complètement opérationnel car « il est toujours en phase de test ». Pour l’instant, il fonctionne grâce à un câblage entre le sonar immergé et des machines installées en surface mais uniquement sur un bateau. Et, ce bateau, hier, n’a pas pu sortir à cause des mauvaises conditions de mer. Si les tests sont concluants, un câble terrestre sera mis en place. 

Installé le 29 avril dernier sur le spot de "La Gauche" de Saint-Leu pour une durée d'expérimentation de 4 mois, ce sonar devrait permettre de détecter la présence de requin et d'éviter ainsi les attaques.