Pour lutter contre le chômage, le maire de Saint-Joseph privilégie la préférence locale

Pour lutter contre le chômage, le maire de Saint-Joseph privilégie la préférence locale.
© Réunion La 1ère | Pour lutter contre le chômage, le maire de Saint-Joseph privilégie la préférence locale.

Pour lutter contre le chômage à la Réunion, faut-il privilégier la préférence locale ? C'est le choix fait par la ville de St-Joseph. Le maire réserve de futurs emplois aux jeunes de sa commune. Explications.

Frédéric Hoarau / LP Publié le , mis à jour le

A Saint-Joseph, le taux de chômage atteint les 57% pour les jeunes de moins de 25 ans. Le maire de la ville, Patrick Lebreton a décidé de jouer la carte de la préférence locale. Il réserve les emplois générés par l'ouverture prochaine d'un hypermarché aux jeunes de sa commune.

Ce centre commercial ouvrira dès septembre dans le sud sauvage. Il va abriter 26 boutiques et trois restaurants. Il devait créer entre 200 et 250 emplois à la rentrée. "Une bouffée d'oxygène pour les jeunes de Saint-Joseph", estime la mairie qui l’a concrétisée par la signature ce mardi matin d'une convention.
 

"Un projet"

"Il ne s'agit pas de marquer de la discrimination, il s'agit de dire que l'on a un projet aujourd'hui qui peut prendre comme point d'appui l'ancrage sur notre territoire", explique Patrick Lebreton, le maire de Saint-Joseph. Ce sera Pôle Emploi qui proposera les candidats et le groupe Leclerc qui recrutera.

Regardez ce reportage de Frédéric Hoarau et Laurent Pirotte :