NRL : pose de la dernière pile du Grand Viaduc

NRL nouvelle route du littoral dernière pile grand viaduc 150319
© JBA / Région Réunion

La dernière pile du grand viaduc de la Nouvelle Route du littoral est installée ce vendredi 15 mars. La Région Réunion a tenu à profiter de l’occasion pour faire un point sur l’avancée du chantier de la NRL.
 

LH Publié le , mis à jour le

La 48ème et dernière pile du Grand Viaduc de la Nouvelle Route du Littoral installée ce vendredi 15 mars. Le Grand Viaduc, c’est ce tronçon de route, à plus de 20 m au-dessus de la mer, qui relie Saint-Denis à la Grande Chaloupe. 48 piles donc, posées en mer sur près de 5 km.

 

48 piles sur 5 km

Ces éléments ont été fabriqués à terre dans des usines de préfabrication, situées au Port Est notamment. Chaque pile se compose de deux parties, une embase de 480 tonnes et une tête de pile de 2 300 tonnes, qui ont été chargées sur la barge Zourite pour être acheminées jusqu’au lieu de pose et installée en mer.
 
NRL nouvelle route du littoral dernière pile grand viaduc 150319
© JBA / Région Réunion
Au total, 300 000 m3 de béton et 50 000 tonnes d’armature ont été nécessaires pour la fabrication des 48 piles qui composent les 5 400 m de viaduc. 800 personnes ont participé à leur fabrication et pose. Cette portion de route, à savoir le viaduc, aura coûté 716 millions d’euros.
 

Un chantier colossal

Débuté en 2014, le chantier de la Nouvelle Route du Littoral comporte plusieurs phases. Après les travaux préparatoires, ceux d’infrastructure ont suivis. Digues, échangeur et Viaduc de la Grande Chaloupe ont été les premières réalisations.
NRL nouvelle route du littoral dernière pile grand viaduc 150319
© JBA / Région Réunion
Le Grand Viaduc a lui démarré début 2015. Les travaux de raccordement à Saint-Denis viennent de commencer, assure la Région Réunion. Le dernier tronçon de digue, soit les 2,7 km entre La Possession et la Grande Chaloupe vont pouvoir démarrer, ajoute-elle. Cette portion représente 20% des 12,5 km de la Nouvelle Route du Littoral.

La question des carrières alimentant en roches massives cette digue reste cependant un point de crispation.

Le reportage de Henry-Claude Elma et Daniel Fontaine.