Sécurité renforcée au cœur de Saint-André

Saint-André cf sécurité centre ville
© Jean-Claude Toihir

Depuis quelques mois, le centre-ville de Saint-André est touché par une forte insécurité, en témoigne les différents jeunes agressés aux abords des lycées Jean-Perrin et Sarda Garriga. Pour lutter contre ce fléau, la mairie a décidé de mettre en place le GPO (Groupement de Partenariat Opérationnel).

Alexandre Grondin Publié le , mis à jour le

Depuis de nombreux mois rackets, vols, agressions et conflits entre voisins se sont multipliés dans le centre-ville de Saint-André. Cependant, pour le Maire de la commune, il n’y a pas d’inquiétude à avoir au niveau de la délinquance au sein de sa ville.

Cependant, ce lundi 27 Mai, la municipalité a lancé un plan de renforcement du personnel de proximité conte l’insécurité grandissante aux abords des établissements scolaires. Accompagné du Commandant Duluc de la Police National, Jean Paul Virapoulé a ainsi présenté les contours du projet, Groupement de Partenariat Opérationnel.

Ce dispositif ne comprend pas les différents groupements de parents, comme les « Grands Frères », créés ces dernières semaines. Comme le souligne le commandant Duluc « la loi doit être appliquée par les forces de l’ordre » et non par la population elle-même.
 

Une sécurité retrouvée aux abords des lycées

Pour les lycéens, l’insécurité est un peu moins présente depuis quelques semaines. Pour Anès, élève à  Sarda-Garriga, les problèmes de rackets se sont estompés avec l’arrivée des « Grands Frères » et des « Gladiateurs », mais aussi avec l’augmentation des rondes de police autour des établissements du centre ville.

La Mairie de Saint-André a, elle, décidé de faire confiance à l’Association AMIS (Actions pour la Médiation et l’Insertion Sociale) pour la création de deux postes de médiateur sociaux. Leur rôle sera d’aider au maintien de cette sécurité retrouvée en centre-ville.

Le reportage d'Henry-Claude Elma et Jean-Claude Toihir