Saint-André : un chauffard fauche trois lycéens. Deux morts

20170926 accident
© Réunion1ère

Une lycéenne et un lycéen tués, une troisième victime dans un état grave, c'est le bilan du tragique accident qui s'est produit ce lundi vers 15h30 devant le lycée Sarda-Garriga. Le jeune conducteur est en garde à vue au commissariat de Saint-André.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Une lycéenne de 16 ans et un ami âgé de 17 ans sont morts, hier en milieu d'après-midi, des suites de leurs blessures. Une troisième élève du lycée professionnel Jean-Perrin à Saint-André a également été fauchée par une voiture folle. Elle a pu être transportée aux urgences de l'hôpital de Bellepierre dans un état stabilisé.
Ces trois jeunes revenaient à pied vers leur établissement scolaire après avoir participé à une séance de sport.
Les corps des deux lycéens décédés vont être autopsiés dans la journée avant d'être restitués à leurs familles, nous apprend le site Clicanoo.

Un bolide incontrôlé 

Le conducteur impliqué dans ce drame est âgé de 18 ans. Interpellé sur les lieux de l'accident par les policiers, il a immédiatement été placé en garde à vue. Les tests d'alcoolémie et de stupéfiant se sont révélés négatifs.
D'après les témoignages recueillis par le Quotidien de La Réunion, le Saint-Andréen circulait dans le secteur, au volant de son bolide, depuis le début de la matinée. Il passait d'un lycée à l'autre en effectuant de brutales accélérations qui produisaient d'importants nuages de pollution. Vers 15h30, en apercevant les jeunes filles, il a voulu se faire remarquer en faisant vrombir son moteur. Une accélération, brutale et fatale. L'Audi est devenue incontrôlable...

Trois piétons renversés à Saint-André

 

La ministre des Outre-mer et le recteur sous le choc !

Dans un Tweet, Annick Girardin s'est dite consternée par cet accident et a présenté ses condoléances aux familles des deux lycéens.
Le recteur de l'académie de La Réunion, Vêlayoudom Marimoutou a exprimé dans un communiqué, "sa très grande peine" avant de s'associer "à la douleur des familles endeuillées". Ce texte précise qu'une cellule psychologique a été mise en place au lycée Jean-Perrin afin d'accueillir, élèves et adultes ayant assisté à l'évènement, mais également les proches des trois victimes.