Des roches de l’île Maurice pour terminer la Nouvelle Route du Littoral ?

NRL nouvelle route du littoral dernière pile grand viaduc 150319
© JBA / Région Réunion

Alors qu’un projet de carrière est envisagé à Sans-Souci, nos confrères du "Mauricien" affirment, ce vendredi 13 septembre, que le chantier de la Nouvelle Route du Littoral va bénéficier de roches venues de l’île Maurice. Explications.

LP Publié le , mis à jour le

La Réunion aurait fait appel à l’île Maurice pour obtenir des roches et terminer le chantier de la Nouvelle Route du Littoral. L’information est révélée par nos confrères du journal "Le Mauricien", ce vendredi 13 septembre.

"Maurice approvisionnera La Réunion en roches pour compléter la construction du viaduc dans le cadre du projet de la Nouvelle Route du Littoral. Cette participation mauricienne, d’ordre privé, a abouti après une très longue période de négociations, d’attente (pour des raisons légales entourant l’exploitation des carrières à La Réunion) et d’essais", écrit "Le Mauricien", ce vendredi 13 septembre. Contactée par nos confrères d’Imaz Press, la Région affirme "qu'elle n'a pas eu connaissance de cet approvisionnement".
 

Des échantillons analysés

La rédaction du "Mauricien" affirme que "les entrepreneurs mauriciens qui ont décroché le contrat en approvisionnement de roches" étaient à La Réunion "la semaine dernière". Leur objectif : "finaliser les dernières négociations". Le journal "Le Mauricien" affirme que "des échantillons qui sont passés par les procédures d’inspection phytosanitaires avaient été expédiés dans l’île". "Les roches en provenance de Maurice seront extraites de champs agricoles", ajoute le journal.
 

Maurice après Madagascar ?

En 2016 déjà, des roches en provenance de Madagascar ont servi pour construire une partie de la Nouvelle Route du Littoral. Cette information intervient alors qu’il manque encore des roches pour terminer la route. Le député Jean-Luc Poudroux a annoncé cette semaine sur Réunion La 1ère qu’il avait un projet carrière à Sans-Souci sur la commune de Saint-Paul. Il affirme que le site peut être exploiter et qu'il y a suffisament de roches pour terminer le chantier. Le député doit déposer ce projet en préfecture prochainement.