De retour à La Réunion, l’équipage de l’Osiris raconte les sauvetages des skippers de la Golden Globe Race

Osiris patrouilleur
© TAAF

Après une dernière mission dans les mers Australes, l’Osiris est de retour à La Réunion ce lundi 8 octobre. L’équipage du patrouilleur des affaires maritimes revient sur les sauvetages des deux marins de la Golden Globe Race.

LP / JM Seguin Publié le

Il est de retour à quai après une mission des plus imprévisible. Chargé en temps normal de la surveillance des zones économiques exclusives des Terres australes et antarctiques françaises, lors de sa dernière mission, l’Osiris a porté secours à deux skippers en détresse de la Golden Globe Race.
 

Deux skippers sauvés

Le 23 septembre, l’équipage de l’Osiris, patrouilleur des Affaires maritimes est parti récupérer Abhilash Tomy, un skipper indien gravement blessé pendant la Golden Globe Race. Engagé dans la course autour du monde en solitaire, il avait lancé un SOS. Son voilier avait démâté au milieu de l’océan indien. Blessé au dos, il était dans l'incapacité de procéder à des réparations. 

"Cela représente beaucoup pour nous d’avoir sauvé deux gars, malgré l’éloignement et le peu de matériel", explique Anthony Robert, mécanicien à bord de l’Osiris.

Regardez le reportage de Jean-Marc Seguin : 
 

"Il m’a dit : tu es un ange"

L’équipage de l’Osiris a également porté secours à un deuxième participant de la Golden Globe Race. L'Irlandais Gregor McGuckin se trouvait à une cinquantaine de kilomètres de la position du premier skipper. 

"On a su qu’il y avait un autre bateau qui avait démâté et qui pensait faire un gréement de fortune et s’en sortir et rentrer par ses propres moyens, explique le capitaine de l’Osiris, Ronan Coïc. Mais il s’est avéré qu’il avait pris cher aussi". "C’était sans dessus dessous, des bagages partout, tout était retourné, les planchers avaient volé, lui était dans sa couchette, tout seul dans ses habits mouillés, raconte Lucas Jocou, second capitaine de l'Osiris. C’était impressionnant d’être la première personne à le voir. Quand il m’a vu, il m’a dit : tu es un ange".

Affecté à la surveillance des mers australes depuis quinze ans, l’Osiris a effectué sa dernière mission. Vieux de cinquante ans, le navire sera démantelé et remplacé par un autre navire l’an prochain.