Rachat de SFR Réunion : 15 millions d'Euros d'amende pour Altice et Numéricable

Argent Euros
© D.R

L'Autorité de la concurrence vient d'infliger une amende de 15 millions d'Euros à Altice et Numéricable pour ne pas avoir respecté leurs engagements. Le rachat de SFR Réunion était conditionné à la cession d'Outremer Télécom afin d'éviter un monopole dans ce secteur.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Outremer Télécom représente 11% du marché de la téléphonie mobile à La Réunion et 41% à Mayotte. SRR (SFR Réunion), c'est 58% localement et OTM 57% sur l'île aux parfums. Autant dire que la fusion des deux sociétés ne laisse que des miettes à Orange. Pour éviter une position monopolistique des nouveaux patrons de SFR, l'Autorité de la concurrence avait émis un avis positif à cette acquisition par les deux opérateurs, s'ils cédaient Outremer-Télécom. Ce point primordial de la transaction, explique le site nextinpact.com, n'a pas été respecté, le gendarme des marchés vient de taper du poing sur la table en infligeant une amende de 15 millions d'Euros à Altice et Numéricable. Attention ! Cette sanction financière ne range pas aux oubliettes l'obligation pour les fautifs de céder OMT.

Obligés de vendre Outremer-Télécom !

Un engagement auquel, Altice et Numéricable avaient répondu favorablement. En 2012, ils formalisaient leurs intentions par écrit afin de préserver : « la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité de l’activité cédée », de faire « ses meilleurs efforts pour éviter tout risque de perte de compétitivité de l’activité cédée » et de « ne pas mener d’actions sous sa propre responsabilité qui produiraient un effet négatif significatif sur la valeur, la gestion ou la compétitivité de l’activité cédée, ou qui pourraient altérer la nature et le périmètre de l’activité cédée, ou la stratégie commerciale de l’activité cédée ». En clair, les leaders de la téléphonie dans les départements français de l'océan Indien doivent vendre Outremer-Télécom. Interdiction de saborder leur entreprise pour éviter l'arrivée d'un nouveau concurrent...

Free serait sur les rangs...

Il est enfin à noter que les précédents propriétaires de SFR Réunion avaient été condamnés à une amende de 46 millions d'Euros, en Juin 2009, pour avoir augmenter les tarifs de leurs clients qui communiquaient avec les abonnés d'un concurrent. Une augmentation artificielle au détriment des nouveaux venus...