Des œuvres du Louvre dans les musées de La Réunion en 2020

Signature convention Région musée du Louvre
© Capture d'écran - Réunion La 1ère

La Région et le musée du Louvre ont signé une convention de partenariat dont l’objectif est d’exposer à La Réunion des œuvres du prestigieux musée parisien en 2020.
 

Annabelle Boyer
Publié le

C’est une première à La Réunion et les amateurs de culture vont à coup sûr s’en délecter ! Des œuvres du musée du Louvre vont voyager jusque La Réunion en 2020. Le temps d’une exposition, 236 œuvres graphiques qui n’ont jamais été présentées au public, seront ainsi réparties et exposées durant quatre mois dans cinq musées du département : Stella Matutina, le musée Léon Dierx, le MADOI, le museum d'histoire naturelle, et le musée de Villèle. Si 35 000 œuvres sont exposées au Louvre, le musée conserve précieusement 650 000 autres dans ses réserves.

Si le prestigieux musée situé sous la Pyramide du Louvre à Paris est habitué à prêter ses collections dans l’Hexagone, c’est la première fois qu’il va exporter autant de tableaux en Outre-mer.

« C’est une volonté du musée du Louvre de redonner les collections nationales à tous les français. C’est la première fois dans un département d’Outre-mer. La Réunion a été choisie en raison de l’importance du patrimoine qui est conservé ici mais aussi parce-que ce patrimoine peut dialoguer avec les collections conservées à Paris », explique Jean-Luc Martinez, le président directeur du musée du Louvre présent dans l’île.


Des thématiques ont bien évidemment été choisies. Au muséum d’histoire naturelle par exemple, « on va dialoguer avec des représentation d’animaux à la cour de Louis XIV, à la ménagerie », précise Jean-Luc Martinez. Au MADOI, l’exposition sera ciblée sur le cadre de vie  en métropole au 18e siècle, en comparaison avec celui de La Réunion à la même époque. A Stella Matutina, l’exposition concernera la représentation du travail sur les deux territoires entre le 17e et le 18e siècle.
Une exposition temporaire qui sera à découvrir entre le 15 mai et le 15 septembre 2019.

Le reportage de Thierry Chapuis