Sri Lanka : son bateau volé pour voguer vers La Réunion [4/5]

Propriétaire du bateau de pêche volé au Sri Lanka mars 2019
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère)

Suite de notre série de reportages, sur le Sri Lanka, entamée ce lundi. Réunion la 1ère s'est rendue sur place pour voir d'où venaient ces bateaux qui terminaient leur voyage 4 000 kilomètres plus loin, à La Réunion. Et nous avons rencontré l'un des propriétaires.

Géraldine Blandin avec Antoine Garnier et FF Publié le

Le dernier bateau à être arrivé à La Réunion, c'était le 4 février. Le Prashensa, un navire de pêche, avait à son bord 70 personnes, toutes originaires de la côte Est du Sri-Lanka. Le bateau a été volé par le capitaine, qui aujourd'hui est en prison dans son pays, car il a également joué le rôle de passeur.
 

Un bateau volé

Propritéaire du bateau de pêche mars 2019
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère) | Le voleur de son beateau est désormais incarcéré au Sri Lanka, mais son bateau est à La Réunion
Le propriétaire du Prashensa, Sudarshana Perera, ne participait pas à cette campagne de pêche, car il était resté au chevet de sa fille de 5 ans, atteinte d'une leucémie et donc hospitalisée. Mais très vite, il a senti que quelque chose n'allait pas : " le 26 janvier 2019, quand j’ai appelé par radio, c’est le frère de mon skipper qui a répondu et qui m'a dit qu'il était le capitaine, que c'était son bateau ! Alors là, j’ai appelé la police et l’office des pêches... 
Le 4 février, un officier de la police de Colombo m’a rappelé. C'est lui qui m'a informé du fait qu'ils étaient 70 sur mon bateau ! Ils ont raconté qu’ils avaient plein de problèmes au Sri Lanka, que c’était leur bateau : "C'est possible de faire 4 000 km avec 70 personnes à bord, car c'est un grand bateau, on peut y mettre beaucoup d'essence. D'habitude, on y emmène des vivres pour 2 mois : médicaments, nourriture..."
 

Sans travail et sans revenus

Sudarshana Perera se démène pour venir à La Réunion
© Antoine Garnier (Réunion la 1ère) | Père d'une fillette atteinte de leucémie, il veut récupérer son bateau sa seule source de revenus
Depuis, Sudarshana est dépité, car son bateau est bloqué à La Réunion, à 4 000 km de chez lui. Privé de son outil de travail, il n'a plus de revenus et doit gérer le crédit de son navire, 350 euros par mois, et la chimiothérapie de sa fille : "maintenant, c’est un gros problème pour moi, car je ne peux pas tout payer... J'ai perdu mon outil de travail, mes revenus. et ma fille est malade. Il faut payer tellement cher pour son traitement... Il faut aller chercher les médicaments à l’étranger." Côté assurance, Sudarshana n'a rien touché puisque son bateau, acheté 26 000 euros il y a 3 ans seulement, a été volé, mais n'a pas coulé.
 

Bientôt à La Réunion ?

Reportage de Géraldine Blandin, Antoine Garnier et Fred Testa.

Le sri-lankais s'est donc tourné vers la communauté chrétienne de sa ville, Chillaw. Le révérend Dylan Marias Fernando recherche des fonds pour lui permettre de se rendre à La Réunion afin qu'il puisse récupérer son bien. Un bateau qui est baptisé Prashensa, comme sa fille. Pour le moment, il n'a aucune réponse officielle de la part des autorités françaises, mais s'impatiente déjà de reprendre le travail : "Quand on me dira que je peux récupérer mon bateau, je vendrai à La Réunion et j’emmènerai deux ou trois autres marins... Ensuite, on le ramènera au Sri Lanka." Actuellement, le Prashensa est toujours à quai à La Réunion.


Toute la semaine, retrouvez notre série de reportages sur Réunion la 1ère Radio, Télé et Internet. Demain, vendredi 15 mars, nous vous parlerons de la lutte contre l'immigration clandestine au Sri Lanka.