L'espoir renaît pour Marie-Andrée

Marie-Andrée Maximin
© Marie Redortier | Marie Andrée garde l'espoir de pouvoir réhabiliter sa case Tomi prochainement grâce à la générosité des gens

Marie Andrée vit dans la maison familiale depuis ses 6 ans. Aujourd'hui à 53 ans, elle n'a pas les moyens de rénover la case devenue depuis insalubre.

Laurent Figon
Publié le , mis à jour le

Marie Andrée est la seule de ses 5 frères et sœurs à vivre dans la maison familiale dans le quartier de la Cressonnière à Saint-André. A 53 ans, ses ressources sont limitées pour remettre en état la case Tomi. Son contrat aidé d'agent des espaces verts s'est terminé au mois de février et depuis elle est au chômage.
Son logement est considéré par tous comme insalubre. Lorsqu'il pleut, le toit laisse passer l'eau par endroit. Son matelas devient alors si humide qu'elle a du en changer quatre fois déjà. Si elle a l'électricité, l'installation est d'un autre âge et risque de lâcher à tout instant. L'eau chaude n'est qu'un doux rêve et pour se laver, pas d'autre choix qu'un seau.
Des propositions de relogement lui ont été faite mais il n'est pas question pour elle de quitter son habitation et pour cause : elle y vit depuis qu'elle a 6 ans. Aussi les voisins et ses amis ont mis en place une chaîne de solidarité pour lui venir en aide. Des collectes de fond ont été organisées dans le quartier. Une cagnotte en ligne a été créée sur un site de financement participatif. Un voisin retraité bricoleur est prêt à l'aider si des quincaillers veulent bien donner des matériaux de construction.
La mairie et les services sociaux ont été alertés. Une mission d'évaluation a été faite. Si l toutes les tracasseries administratives sont levées, Marie Andrée devrait pouvoir dormir au sec prochainement.