Oser bouger les yeux fermés

Danse les yeux fermés
© Thierry Chenayer

Fabienne Haustant anime des stages de danse dans l'île. Sa particularité, elle a dans ses cours, des élèves voyants et d'autres mal ou non-voyants car elle a elle même la vue déficiente. Elle attend d'eux qu'ils occupent l'espace, lâchent prise et laissent parler leur corps  

Michelle Bertil
Publié le , mis à jour le

Après une explication sur sa démarche, Fabienne Haustant invite ses élèves à mettre un cache sur les yeux. La vue est délibérément réduite, le cours peut commencer. Fabienne Haustant attend de ses stagiaires qu'ils s'expriment tout simplement avec leur corps. Ici pas de performance ni de gestuelle particulière, le défi est de bouger, les yeux fermés. 

Fabienne Haustant est atteinte d'une rétinite pigmentaire qui la prive au fil du temps de la vue. Mais l'être humain a d'autres façons de percevoir et de ressentir le monde et son environnement en dehors de ses yeux. Dans ces ateliers, la danseuse espère que chacun, voyant ou mal voyant se reconnecte à son corps, le laisse occuper l'espace, use des autres sens. La danseuse a fondé une association en 2012, " danse les yeux fermés du Val de Marne " .

Le reportage de Nadia Tayama et de Thierry Chenayer