Leurs appartements ont souffert des dernières intempéries, infiltrations, moisissures, fenêtres qui ne ferment pas. Des désordres souvent antérieurs, que 10 jours de pluies ont  aggravés.

Leurs appels répétés auprès de bailleurs sociaux restent pour la plupart sans effet. Les travaux ne sont pas effectués. Sans réponse des bailleurs, les locataires se tournent vers la Confédération Nationale du Logement.

Certains locataires, comme Pascale Ramaye, vivent dans des conditions très dégradées. Cette femme de 52 ans loge avec ses 5 enfants, dont un de 17 ans lourdement handicapé, dans un immeuble de la SIDR  situé à La Réserve, à Sainte-Marie. Un certificat signé par le médecin hospitalier atteste que l’insalubrité du logement est néfaste à la santé précaire de son fils, elle a donc demandé son relogement. Sans succès, pour le moment.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Danièle Dambreville

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Danièle Dambreville

Depuis le début de l’année, sur 10 jours de pluies, la CNL a déposé 72 déclarations pour logements indignes à l’Agence Régionale de Santé, et parle aujourd’hui d’une situation explosive.

Un courrier a également été adressé aux bailleurs pour leur rappeler leurs responsabilités et  alerter les  collectivités, la ministre des outremers, la secrétaire d’Etat au logement et le Préfet de La Réunion.