Ils sont treize candidats à se présenter pour le siège de député de La Réunion dans la 7e circonscription. Le premier tour de cette élection législative partielle se déroulera le 23 septembre prochain. Les électeurs de Saint-Leu, Trois-Bassins, les Avirons, l'Étang-Salé, Saint-Louis (sauf La Rivière) et d'une partie de Saint-Paul, sont appelés aux urnes pour élire le successeur de Thierry Robert. L'élection du député sortant a été invalidée par le Conseil Constitutionnel le 6 juillet dernier.

Dans le cadre de la campagne pour cette élection législative partielle, Réunion La1ère organise trois débats radio, télé et internet à partir de la semaine prochaine. Cliquez ici pour retrouver les portraits des quatre candidats qui participeront au premier débat du lundi 17 septembre sur Réunion La1ère. 

Découvrez ci-dessous les candidats qui participeront au second débat du mardi 18 septembre sur Réunion La1ère : Emmanuel Séraphin, Jean-Pierre Marchau, Mathieu Hoarau et Fabien Dijoux.

 

Emmanuel Séraphin

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Réunion la 1ère (Indranie Pétiaye)
A 46 ans, Emmanuel Seraphin sera le candidat du PLR. Fort de ses dix années d’expérience aux côtés de la députée de la deuxième circonscription, Huguette Bello, il se présente pour la troisième fois devant les électeurs. Les fois précédentes, Emmanuel Séraphin était candidat aux municipales de Saint-Paul.

Ecoutez son portrait par Hubert Debeux :

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio


Marié et père de deux enfants, il vit à Bellemène-les-Hauts. "Quand on habite dans les hauts, il y a des avantages et des inconvénients par rapport aux bas, explique-t-il. J’ai vécu cette situation, mais j’ai pu réussir, faire de études et être diplômé en économie".

Emmanuel Séraphin est tombé très jeune dans la politique. A 10 ans, il distribue le journal Témoignage dans les boites aux lettres et le lit aussi. "Le combat a commencé très tôt, se souvient le candidat. Mon père était engagé politiquement. On a vu et vécu les batailles politiques. C’est là qu’est née la fibre politique".

En 2008, Emmanuel Séraphin se présente à la mairie de Saint-Paul avec Huguette Bello et l’emporte. Il devient 13e adjoint délégué aux finance et à l’aménagement et va notamment gérer la crise requin. Secrétaire général du PLR depuis la création du parti en 2012, Emmnuel Séraphin espère rejoindre Huguette Bello sur les bancs de l’Assemblée nationale. Il est également soutenu par le parti socialiste qui ne présente pas de candidat dans cette 7e circonscription. 


 

Jean-Pierre Marchau 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Réunion la 1ère

Jean-Pierre Marchau, secrétaire régional d’Europe Ecologie Les Verts à La Réunion est candidat. Professeur de philosophie, il est aujourd’hui en retraite. 

Ecoutez son portrait par Gaël Le Dantec :

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio


En 2017, le patron local des Verts était déjà candidat mais dans la 1ère circonscription, dans son territoire du nord. Il est déjà conseiller municipal de Saint-Denis, délégué aux transports et déplacements mais aussi président de la commission du même nom à la CINOR.

Jean-Pierre Marchau compte bien profiter des nombreux thèmes liés à l’écologie pour faire entendre sa voix dans cette campagne. "Dans cette circonscription, les écolos ne peuvent pas ne pas y aller, affirme Jean-Pierre Marchau. Le lagon, les carrières : il y a de tels enjeux écologiques".

Les thématiques de la circonscription sont taillées sur mesure pour les verts. Jean-Pierre Marchau espère bien tirer profit de cet avantage. "En 2012 déjà, je dénonçais le lobby des transports", rappelle le candidat. "Il y a aussi les conflits d’usage autour des paillotes, la crise requin. Nous allons apporter un éclairage qui permettra de surmonter les divisions et passions qui opposent les uns aux autres et que certains politiciens attisent en jetant de l’huile sur le feu".


 

Mathieu Hoarau

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Mathieu Hoarau
Agé de 34 ans, Mathieu Hoarau, responsable commercial, compte sur cette législative partielle pour se faire un nom en politique, notamment à l’Etang Salé, dont il est originaire. Refusant toute étiquette et n’ayant l’investiture d’aucun parti, il reconnaît avoir soutenu Jean-Claude Lacouture et Nicolas Sarkozy et avoir un penchant pour la droite et le libéralisme.

Ecoutez son portrait par Gaël Le Dantec :

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio


Les préoccupations économiques sont au coeur de son programme. "Nous voulons redonner du pouvoir d’achat aux Réunionnais et de la valeur au travail", explique Mathieu Hoarau. Le jeune candidat voudrait que la Réunion expérimente le revenu universel, identique pour tous les citoyens qui remplacerait toutes les aides sociales actuelles. Dans le même temps, il préconise la suppression des cotisations patronales sur les salaires jusqu’à 1,6 smic pour, dit-il, "ne pas asphyxier les entreprises". Il n’est pas contre la Nouvelle Route du Littoral, mais ne souhaite pas de carrières dans la circonscription. Mathieu Hoarau est favorable au développement de la pêche de certains requins et la révision du périmètre de la réserve marine.

Faute du soutien d’un grand parti, Mathieu Hoarau compte sur son réseau et sa personnalité pour recueillir des voix. "Je suis très proche des gens, surtout au niveau de ma ville. Je suis ouvert d’esprit et à l’écoute des gens pour proposer des solutions à leurs problèmes", ajoute-t-il.


 

Fabien Dijoux 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Réunion la 1ère
Fabien Dijoux est le candidat de l’Union Populaire Républicaine, le parti de François Asselineau. L’UPR ne fait pas recette lors des élections locales ou nationales, mais il est bien présent à tous les scrutins et dans toutes les circonscriptions. L’union Populaire Républicaine prône le frexit, c’est-à-dire la sortie de l’Union Européenne.


Ecoutez son portrait par Gaël Le Dantec :

Votre navigateur ne supporte pas le HTML5 audio


En 2017, Fabien Dijoux était le candidat du parti anti union Européenne dans la 5ème circonscription, dans l’Est. Il avait obtenu un peu moins d’1,5% . Il reste pourtant motivé pour défendre la ligne du parti. "Il y a actuellement aucun député au sein de l'Assemblée nationale pour défendre le frexit, la sortie de l'union européenne, donc il faut bien qu'un député porte cette voix de tous ces mécontents de 2005 qui avaient voté "non" au référendum", explique le candidat de l'UPR. 

Photographe de 37 ans, Fabien Dijoux, comme les autres militants de l’UPR souhaite une sortie de l’Union Européenne. "L'idée de faire croire que l'Europe apporte beaucoup à La Réunion est totalement fausse", estime le candidat pour qui l'Europe "ne restitue pas l'argent du au département" . Sa suppléante Sophie Senac, était candidate en 2017 dans la 4ème circonscription.