Firinga : 30 ans après, le cyclone est toujours dans les esprits

Image d'archive Firinga
© Réunion la 1ère | Image d'archive Firinga

Cette année 2019 marque le 30ème anniversaire du passage de l’un des cyclones les plus importants que La Réunion ait jamais connu : Firinga. Aujourd’hui, le phénomène météorologique d'une intensité rare est toujours dans les esprits de ceux dont il a croisé le chemin.

Virginie Coent avec Sophie Person Publié le

Le 29 janvier 1989, un cyclone d’une intensité rare frappe La Réunion et Maurice. Baptisé Firinga (« orgueilleux » en malagasy), le cyclone traverse toute l’île, de Saint-Benoît jusqu’à Saint Pierre. Des rafales allant jusqu’à 180 km/h sont enregistrées dans le nord-est de l’île et environ 800 mm de précipitations accablent le Sud-Est.

Annoncée le 26 janvier à 1300 kms des côtes réunionnaises, cette dépression tropicale s’intensifie dès le lendemain, grâce à un apport d’air chaud et humide. Elle se transformera en cyclone dès le 28 janvier et l’alerte maximale sera lancée à 4h sur notre île. A cause des pluies diluviennes et du vent qui souffle encore trop fort, l’alerte sera maintenue jusqu’au 30 janvier.

Des dégâts considérables

Le cyclone n’a pas été classé d’une intensité extrême, mais il a tout de même marqué les esprits réunionnais. En effet, sa trajectoire d’est en ouest, fut dévastatrice.

Robert, 44 ans à l’époque, se souvient : « J’étais ici, à Terre Sainte. Le vent était incroyable, l’eau est rentrée dans la maison. On a essayé de la vider petit peu par petit peu. » 

Les dégâts furent considérables et le cyclone a tout emporté sur son passage.

Firinga
© Réunion La 1ère | Les communes de l'île étaient méconnaissables après le passage de Firinga (photo d'archives)

Partout sur l’île, les routes, les ponts et les arbres ont été arrachés. Des éboulis liés aux pluies torrentielles ont écrasé les cases. A Pierrefonds, les avions de l’aéroclub furent même retournés.

La Réunion méconnaissable 

Robert, qui est sorti de sa maison peu de temps après, se rappelle : « On a marché dans la rue, il y avait de la taule, des madriers, des sapins… »


Alix habitant à Terre Sainte également, fit le même le constat amer à l’époque : « La maison dans laquelle on habitait avait un toit en taule, il a été soulevé par le vent.Tout est parti dans la ravine. Pour laver le linge on était obligé d’aller dans la rivière, l’eau est restée sale pendant je ne sais combien de temps ».

Firinga
© Réunion La 1ère | Les dégâts matériels ont été impressionnants (photo d'archives)
Firinga, toujours dans les esprits

En plus des dégâts matériels, quatre personnes ont perdu la vie lors de ce phénomène météorologique sans précédent.Trente ans après, Firinga est toujours le cyclone de référence pour les Réunionnais.

Alix se rappelle d’ailleurs d’une anecdote significative : « Un métropolitain en vacances me disait que c’était comme après les tirs des obus des Américains. C’est vraiment un cyclone qui a marqué les esprits. »

Ecoutez le reportage de Sophie Person: 
 

FIRINGA 30 ans après

 

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête