Égalité réelle Outre-mer : les Réunionnais peuvent donner leur avis sur Internet

Egalité réelle
© Affiche officelle

Une importante campagne de consultation participative est lancée pour permettre à tous les citoyens des outre-mer de contribuer au projet de loi Égalité réelle. Il sera présenté devant le parlement d’ici la fin de l’année.

Communiqué et FF Publié le , mis à jour le

Pour le gouvernement, le projet de loi sur l'Égalité réelle Outre-mer a pour objectif de réduire les écarts entre les populations des Outre-mer et celles de l’Hexagone. Ce texte, qui complétera les initiatives prises depuis le début du quinquennat fait en sorte que les ultramarins puissent mobiliser leurs droits dans les mêmes conditions que celles des Français de l'Hexagone. Pour que cette ambition soit partagée et co-construite avec les concitoyens concernés, une grande campagne de consultation participative est ouverte jusqu’au 9 septembre 2016 sur la plateforme https://egalite-reelle-outre-mer.fr
 
4 grands thèmes
 
Son but, permettre à chacun de proposer sa définition de l’égalité réelle et d’avancer des propositions qui permettront d'enrichir le texte de loi. C'est la première fois que l'ensemble des concitoyens ultramarins sont consultés au même moment, sur un même sujet autre que celui d’une élection.
Divers thématiques sont proposées sur lesquelles les Réunionnais sont invités à donner leurs avis et propositions. Élus, parlementaires, associations, syndicats, acteurs économiques, étudiants, retraités, acteurs privés et publics, sont invités à contribuer à cette démarche.
La plate-forme de consultation s’articule autour de quatre grands axes :

  • Définition de l’Égalité réelle Outre-mer.
  • Indicateurs et actions en faveur de l’Égalité réelle Outre-mer.
  • Égalité réelle & moi.
  • Égalité réelle en actions.
Cette consultation expérimentale est une façon de traduire en action les ambitions du Gouvernement en matière d’Égalité Réelle. Les 2,7 millions de citoyens ultramarins pourront très concrètement participer à la construction d’un avenir commun et viendront utilement enrichir le travail parlementaire conclut le communiqué préfectoral.