Carrière des Lataniers : le choix du futur exploitant validé par la municipalité

Conseil Municipal Possession
© Réunion La 1ère

Le conseil municipal de la Possession a désigné, ce lundi, le groupement GTOI-SBTPC-VINCI comme exploitant de la carrière des Lataniers. Un choix acté par les élus malgré l’opposition des associations de protection de l’environnement.
 

Annabelle Boyer
Publié le , mis à jour le

C’est fait ! Le conseil municipal de La Possession a arbitré et valide le choix du futur exploitant de la carrière des Lataniers. C’est le groupement GTOI-SBTPC-Vinci Construction Terrassement qui a remporté le marché. Le groupement devrait ainsi extraire 2,5 millions de tonnes de roches massives censées alimenter la future route digue. Un chantier prévu de débuter en 2020. Pour l’heure, le projet est en attente de validation de la préfecture.
 

Mobilisation devant la mairie

Un peu plus tôt à l’extérieur, l’ambiance était tendue entre les pro-carrières (les transporteurs) et les opposants au projet.
Pro et opposants carrière Lataniers
© Réunion La 1ère
« Nous sommes des chefs d’entreprise, j’ai des salariés. Qu’est-ce que je fais ? Je fais pas ouvrir la carrière et demain je dépose la clé ? Qu’il pleuve, qu’il fasse beau, ces gens-là travaillent ! Nous faut qu’on court derrière », martèle le transporteur Joël Mongin.
Manif opposants carrière Lataniers
© Réunion La 1ère
De leur côté, les militants du collectif Lataniers Nout Ker d’Vie s’est n’ont pas l’intention de désarmer. « Le combat est loin d’être terminé. Il faut savoir qu’il y a une enquête publique qui est en cours. D’ailleurs ce conseil municipal en pleine enquête publique est une honte, une insulte à la démocratie. Cette enquête publique pour la révision du PLU est la première étape qui pourrait permettre l’exploitation de cette carrière. Là ce que fait madame le maire, c’est de dire aux Possessionnais je me fiche de avis », déclare Stéphanie Gigan, la présidente de l’association.