Les candidats d’Europe-Ecologie-Les-Verts aux Européennes s’intéressent à la NRL

Visite candidats EELV Européennes Marie Toussaint et Stéphanie Gigan carrières collectif 070419
© Alix Catherine (Réunion la 1ère) | Stpéhanie Gigan, porte-parole du Collectif contre la digue, et Marie Toussaint, candidate EELV aux élections européennes

Deux candidats d’EELV sont actuellement en visite à La Réunion. Ce dimanche, ils ont visité les différents sites des futures carrières destinées à fournir en roches la digue de la Nouvelle Route du Littoral. Des projets auxquels s’oppose le collectif contre la digue.

Lise Hourdel avec Delphine Poudroux Publié le , mis à jour le

L’exploitation des carrières est au cœur des préoccupations de plusieurs collectifs de l’île et des candidats Europe-Ecologie-Les-Verts aux Européennes. A l’occasion de la visite dans l’île de deux d’entre eux, Marie Toussaint et David Cormand, un " circuit " sur les différentes carrières a ainsi été organisé.

Il a débuté en fin de matinée de ce dimanche 7 avril par la Nouvelle Route du Littoral. C’est en effet pour la construire que les carrières sont nécessaires. Les membres du collectif contre la digue ont ensuite emmené les deux candidats sur les sites des carrières de Lataniers, de Bellevue et de Bois-Blanc.
 

Visite candidats EELV Européennes Marie Toussaint carrières collectif 070419
© Réunion la 1ère
 

Les carrières, thème de campagne des Européennes ?

Les opposants aux carrières profitent ainsi de la venue de Marie Toussaint et de David Cormand pour faire connaître leur combat au niveau national et européen. Ils sont opposés à la construction d’une digue qui nécessite l’approvisionnement de roches massives extraites de carrières qui impacteraient, selon eux, l’environnement et la santé de la population.
 

" C’est une situation, comme il y en a beaucoup d’autres en France et à La Réunion, où un modèle économique prédateur est en train de détruire les écosystèmes et la nature ", estime Marie Toussaint.


La candidate écologiste vient ainsi dire qu’il est urgent de mettre un terme à ce genre de modèles et d’en développer d’autres. L’île est particulièrement exposée au réchauffement climatique et il faut trouver des alternatives plus respectueuses de la nature quand c’est possible.
 

Bataille politique en plus de celle menée sur le terrain judiciaire

Parce que le collectif contre la digue estime que la Région refuse le dialogue et veut imposer son choix, il a donc décidé de viser plus haut. Une bataille politique qu’ils veulent voir coupler à une bataille judiciaire.

Des recours ont ainsi été déposés contre le défrichement de Bois-Blanc et contre l’arrêté d’autorisation d’exploitation de la carrière de Bois-Blanc. Au niveau des Lataniers, un recours a également été déposé contre le contrat de concession qui a été signé en fin d’année dernière. Ces recours sont lancés, affirme Stéphanie Gigan, porte-parole du Collectif contre la digue.