Bouclier qualité prix et mesures de relance économique au menu du Préfet ce jeudi

Bouclier qualité prix
© Réunion 1ère

Suite aux engagements pris par La Ministre des Outre-mer lors de sa visite dans l'île la semaine dernière, Le Préfet ouvre cet après-midi la concertation sur le bouclier qualité prix 2019. Ce matin, Amaury de St Quentin réunit le comité d’accompagnement de l’économie. 

IP Publié le , mis à jour le

Premier grand rendez-vous de la journée pour le Préfet de La Réunion, le comité d’accompagnement de l’économie qui s'est ouvert à 9h30 en Préfecture. Cette réunion sera l’occasion de faire un point de situation sur la mise en oeuvre des premières mesures d’urgences annoncées le 26 novembre dernier. Parmi elles, la mise en place d'une procédure accélérée de traitement des demandes d’activité partielle.
Les entreprises, comptant au moins un salarié, peuvent mobiliser ce dispositif. Les demandes peuvent être déposées, par voie numérique, sur le site de la Dieccte.

Les conditions d’accompagnement de la reprise de l’activité seront également examinées. Il s'agira de mettre en place le plus rapidement possible les solutions adéquates pour aider les entreprises à se relever après quasiment trois semaines de blocage.

Concertation sur le bouclier qualité prix 2019

Autre chantier débuté ce jour par le Préfet: un bouclier qualité prix revu et corrigé. A 14h30, les acteurs de la profession et l'Etat se réuniront pour dessiner les contours de cette nouvelle mouture annoncée par Annick Girardin. La Ministre des Outre-mer a en effet annoncé une baisse de 10% du BQP. Le panier devrait donc coûter 259 euros en 2019. Autre annonce, le remplacement des 20 produits les moins vendus par des produits équivalents mais de marque supérieure. 

Pour rappel, le bouclier qualité prix a été mis en place par le décret Lurel en 2012. Chaque année depuis, producteurs, industriels, importateurs et distributeurs se retrouvent autour de la table des négociations pour mettre en place cette mesure de lutte contre la vie chère en outre-mer. Son objectif est de pallier les prix des produits de consommation qui peuvent parfois être de 20 à 30 % plus élevés qu’en métropole alors que le pouvoir d’achat est, lui, plus réduit à La Réunion.