Bois-Blanc : des centaines de personnes réunies pour une chaîne humaine contre la carrière

carriere
© Jacques Payet (Réunion la 1ère)

Les opposants au projet de carrière d’extraction de roches massives à Bois-Blanc sont mobilisés ce dimanche 9 septembre. A l’appel du collectif Touch Pa Nout Roche, une grande chaîne humaine est organisée de la ravine du Trou à la ravine des Avirons.
 

Lise Hourdel avec Jacques Payet et Suzette Emma Publié le , mis à jour le

Ils sont plusieurs centaines de manifestants, plus de 5 000 selon les organisateurs mais 3 000 selon la gendarmerie, rassemblés ce dimanche matin pour protester contre le projet de carrière d’extraction de roches massives à Bois-Blanc, des roches destinées au chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

A l’appel du collectif Touch Pa Nout Roche, tous ont décidé de se mobiliser à nouveau pour faire entendre leurs voix, main dans la main de la ravine du Trou à la ravine des Avirons, soit sur une distance de 1,3 km.
 

Carrière Bois Blanc Chaine humaine Touch pa nout roche 090918
© Jacques Payet (Réunion la 1ère)
 

" Monstrueux avis de la commission d’enquête " 


C’est justement parce qu’ils estiment ne pas avoir été entendus que les manifestants ont décidé de protester ce dimanche 9 septembre. La mobilisation intervient trois jours après que les commissaires-enquêteurs, qui avaient menés la dernière enquête publique du 25 juin au 25 juillet dernier, aient rendus un avis favorable.
  
Carrière Bois Blanc Chaine humaine Touch pa nout roche 090918
© Suzette Emma (Réunion la 1ère)
Carrière Bois Blanc Chaine humaine Touch pa nout roche 090918
© Suzette Emma (Réunion la 1ère)

Une décision qui a renforcé la détermination des opposants, la date ayant été prévue avant cette annonce. Une décision " monstrueuse " pour le collectif Touch Pa Nout Roche, qui ne prend en aucun cas en compte les remarques. Déterminés, c'est en famille que les militants se sont déplacés en nombre. 
 
Carrière Bois Blanc Chaine humaine Touch pa nout roche 090918
© Jacques Payet (Réunion la 1ère)

C'est la troisième fois qu'ils forment ainsi une chaîne humaine depuis le début du projet de carrière à Bois-Blanc. Ils espèrent par ce biais, et par d'autres, " éveiller les consciences et faire réagir les pouvoirs publics ". L'avis rendu ce jeudi 6 septembre par les commissaires-enquêteurs est un avis consultatif, il appartient désormais au préfet de La Réunion de décider si une autorisation d'exploiter la carrière de Bois-Blanc sera accordée ou non.


Le reportage de Jacques Payet et Willy Fontaine.
Une chaîne humaine contre la carrière de Bois-Blanc